Suivez sur
#
Touré Mamadou invite le PDCI à s'abstenir du débat sur la candidature de Ouattara: "M. Thiam est arrivé à la présidence du PDCI accidentellement"

Economie et Politique

Touré Mamadou invite le PDCI à s’abstenir du débat sur la candidature de Ouattara: « M. Thiam est arrivé à la présidence du PDCI accidentellement »

Le porte-parole adjoint du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, pouvoir), Touré Mamadou, a estimé, lundi 22 avril 2024, que « tout le monde peut se prononcer sur une éventuelle candidature d’Alassane Ouattara à la presidentielle de 2025 sauf le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) ».

Touré Mamadou, ministre de la Promotion de la jeunesse, de l’insertion professionnelle et du service civique, également porte-parole adjoint du gouvernement, s’exprimait au cours du 1er numéro de la tribune « Café-débat », initiée par la plate-forme WhatsApp dénommée Newscoop et le mouvement de la société civile l’Africanisme.

Interrogé sur la question d’une éventuelle candidature du président Alassane Ouattara qui sera à son 4e mandat, par un journaliste proche du PDCI, M. Touré a déclaré qu’il « ne trouve pas très honnête au PDCI, le débat sur la candidature du président Ouattara », car avant le décès subit du président Bédié (89 ans), il était d’office le choix du PDCI.

Et que même « les femmes, les jeunes tout comme les cadres du parti ont appelé à sa candidature à la présidentielle de 2025 », ajoutant que « M. Thiam est arrivé à la présidence du PDCI accidentellement ». Pour lui, « avant d’être donneur de leçons, il faut se regarder soi-même » et que « tout le monde peut se prononcer sur une éventuelle candidature ou pas de M. Ouattara en 2025 sauf le PDCI ».

Quant au bon déroulement de cette présidentielle en 2025, le ministre Touré Mamadou s’est voulu optimiste, assurant qu’elle va se tenir dans un climat apaisé et dans la transparence.

« 2025 ne sera pas comme 2011, encore moins 2020. La présidentielle de 2025 verra la consolidation de la démocratie en Côte d’Ivoire. Les contextes sont différents. 2011 a été la conséquence de plusieurs années de recherche de sortie de crise et le pays a été plongé dans une crise sans précédente », a-t-il déclaré.

Pour conclure, le ministre a indiqué que pour la consolidation de la démocratie en Côte d’Ivoire, le débat public doit être inscrit au cœur des actions des hommes politiques pour la transparence. Il a salué à cet effet, M. Alafé Wakili, président du mouvement de la société civile l’Africanisme, qui fait également partie des membres de Newscoop, initiateurs de la Tribune Café-débat qui est à sa première activité.

Le thème de ce 1er numéro était : « 11 avril 2011 à la présidentielle de 2025, comment sauvegarder et éviter une autre crise post électorale en Côte d’Ivoire ? » et a vu la participation d’une trentaine d’hommes de médias dans un complexe hôtelier de la capitale économique ivoirienne. 

DNG pour Lemeridien.ci

Plus dans Economie et Politique

#