Suivez sur
#

Economie et Politique

Tiassalé : Les vraies raisons de l’acharnement d’Assalé Tiémoko contre le préfet Vakaba Koné

Depuis quelques jours, les réseaux sociaux sont animés par une polémique suscitée par le député et maire sortant de Tiassalé, Antoine Assalé Tiémoko, qui accuse le préfet du département de Tiassalé, Vakaba Koné, d’être de connivence avec le candidat du RHDP, Alpha Sanogo, afin de lui retirer son siège de Maire de la commune.

Le 02 septembre prochain, auront lieu les élections municipales et régionales couplées en Côte d’Ivoire. A moins d’une semaine de l’ouverture officielle de la campagne électorale, le 25 août, le maire sortant de Tiassalé, Assalé Tiémoko, semble fortement perturbé par la candidature d’Alpha Sanogo, le candidat du RHDP. 

Avant la publication, par la CEI, de la liste des candidats, le député et candidat à sa propre succession à la mairie de Tiassalé, avait demandé en vain, l’invalidation de la candidature d’Alpha Sanogo au motif que celui-ci n’avait participé à aucune réunion du conseil municipal sortant alors qu’il est conseiller municipal. 

« Le candidat du Rhdp, lui (…), en application de l’article 38 de la loi de 2012-1128 du 13 décembre 2012 portant organisation des collectivités territoriales, il ne peut pas être candidat aux futures élections municipales », avait interpellé Assalé Tiémoko, avant d’être désavoué par la Commission électorale indépendante. 

Cinglant désaveu…

Selon son président Ibrahime Coulibaly Kuibiert, c’est aux responsables des conseils municipaux et / ou régionaux, de saisir le ministère de l’Intérieur sur le cas des conseillers qui ne participent pas aux conseils, afin qu’un arrêté soit pris pour constater cette irrégularité et en tirer les conséquences. 

« Mais tant qu’un arrêté n’est pas pris, cela ne relève pas de notre ressort. Même s’il est établi que ce monsieur ne vient jamais, il faut que cela soit constaté par un arrêté. C’est ça aussi le parallélisme des formes. On dit : il ne vient pas, mais il faut le faire constater. Vous faites vous-mêmes un procès-verbal dans lequel vous indiquez que le concerné ne vient pas et vous saisissez la tutelle. Et la tutelle prend un arrêté pour l’attester et automatiquement la commission est à l’aise pour agir. Mais tant que ce n’est pas fait, on ne peut pas le faire », avait coupé court le président de la CEI. 

Cette réponse, véritable camouflet à Assalé Tiémoko, a, selon toute vraisemblance, fini par pousser ce dernier à se livrer à des attaques ciblées contre le préfet Vakaba Koné, préfet du département de Tiassalé, qu’il accuse de tous les maux, plutôt que de se concentrer sur sa campagne électorale. 

La guerre inutile contre le préfet Vakaba Koné

« Il (le préfet : ndlr) est le maître d’ouvrage d’une opération de braquage électoral qui doit s’accomplir le 2 septembre et qui doit profiter au candidat du RHDP qui est d’ailleurs inéligible mais dont la candidature a été validée grâce au piétinement de la loi par le Préfet », se convainc-t-il. 

Et pour se donner bonne conscience, le maire sortant prend pour exemple le cas d’Agboville où le préfet aurait fait un rapport détaillé au Ministre de l’Intérieur, des absences sans motif de certains conseillers qui ne peuvent pas être candidats en application de l’article 39 de la loi de 2012 sur les collectivités.

« Si les faits sont avérés, le préfet d’Agboville n’a fait que respecter la loi. C’est à Tiassale que la même loi peut être mise entre parenthèse par le préfet pour sauver le candidat du parti au pouvoir, sans conséquence pour lui (…) Un préfet, saisi par le maire depuis le 14 juin 2022 contre des conseillers qui n’ont jamais siégé, n’a rien fait du tout », charge-t-il à nouveau. 

La peur d’affronter le candidat Alpha Sanogo

Cet acharnement d’Assalé Tiémoko contre le préfet Vakaba Koné et principalement contre le candidat du RHDP, Alpha Sanogo, suscite plusieurs interrogations. D’autant plus que, comme il le dit lui-même, c’est seulement en juin 2022, qu’il s’est résolu à saisir le préfet contre les conseillers supposés absentéistes ?

Pourquoi depuis 2018 qu’il est maire de Tiassalé, Assalé Tiémoko n’a-t-il pas saisi le préfet dès les premières années de son mandat? Est-ce parce qu’il a vu se dessiner, dès 2022, la candidature d’Alpha Sanogo à la mairie, surtout après sa brillante élection en qualité de secrétaire départemental du RHDP, qu’il s’est précipité à saisir le préfet en vue d’éliminer un gênant adversaire aux municipales du 2 septembre prochain? 

Une chose certaine ! A Tiassalé actuellement, Alpha Sanogo est considéré par nombre d’habitants, comme un « homme providentiel » venu pour aider la population et sortir le département du sous-développement. 

Ce diplômé de l’ENA (École nationale d’administration) Cycle supérieur-la cinquantaine révolue-et actuel Directeur administratif et financier au ministère de la Santé, de l’Hygiène publique et de Couverture maladie universelle, est présenté comme quelqu’un de discret et dont les actions en faveur des populations ne datent pas de maintenant, comme pourraient le croire certains. 

Alpha SANOGO : « Si Dieu m’a mis là, c’est pour que j’aide les autres »

« Il faut dire que monsieur Alpha Sanogo est quelqu’un de très discret à la base, qui menait des actions sociales et de développement au niveau de Tiassalé en tant que cadre, sans coloration politique ni ethnique. Depuis qu’il a été désigné responsable politique du RHDP au niveau du département et même au-delà, il a structuré toutes ses actions, posant des actions aux plans religieux, social, sanitaire, de l’éducation, environnemental. Je pense que tout ce qui concerne le développement de Tiassalé est son affaire », témoigne l’Inspecteur de l’Enseignement Préscolaire et primaire, Koné Abou. 

Les actions à son actif, se chiffrent par dizaines et concernent tous les domaines de la vie. Car, pour Alpha Sanogo, les cadres doivent être le prolongement du programme « La Côte d’Ivoire Solidaire », du président de la République, Alassane Ouattara, qui a toujours recommandé aux cadres d’être proches des populations. 

« Ce que tout le monde doit comprendre, c’est qu’un village ne peut pas se développer sans le gouvernement. Personne n’a assez d’argent pour faire le travail du gouvernement (…) Tout ce qui est (…) en train de se faire, c’est le Président Alassane Ouattara qui le fait. C’est sur instruction du Président Alassane Ouattara que 7 km de bitume ont été réalisés à Tiassalé (…) Aujourd’hui, vous avez votre fils Alpha Sanogo qui est à côté, il va vous apporter ce qu’il y a dans le gouvernement. Je vous demande de prier pour moi (…) Si Dieu m’a mis là, c’est pour que j’aide les autres et c’est ce que je suis en train de faire (…) Ce que je vous demande, ce sont des prières », implore Alpha Sanogo.

Plus dans Economie et Politique

#