Suivez sur
#

Economie et Politique

Tiassalé: Après les municipales, pourquoi Assalé Tiémoko doit demander pardon au préfet Vakaba Koné

Déclaré élu à Tiassalé par la Commission électorale indépendante (CEI) au terme du scrutin municipal qui s’est déroulé le 02 septembre dernier, Assalé Tiémoko continue de faire la fine après ses nombreuses attaques contre le préfet Vakaba Koné avant le déroulement des élections.

Si cela participait de sa stratégie de campagne, il faut dire qu’il aura réussi son coup. Assalé Tiémoko (c’est de lui qu’il s’agit) s’est permis de jeter à la vindicte populaire le préfet du département de Tiassalé, Vakaba Koné, qu’il a accusé d’être le cerveau d’un complot visant à l’écarter de la mairie de Tiassalé.

Dans un de ses nombreux pamphlets contre le préfet Vakaba, le maire indépendant, alors candidat à sa propre succession, se disait étonné que le gouvernement ferme ‘’les yeux sur le comportement totalement irresponsable d’un préfet qui met en danger la sécurité d’un élu en donnant des informations mensongères aux forces de l’ordre et qui annonce que le gouvernement a décidé d’abattre politiquement cet élu à l’occasion des élections du 2 septembre au motif qu’il aurait failli créer des troubles à l’ordre public lors de la crise de la data’’.

« Même si le gouvernement a dit au préfet qu’il me fera tomber le 2 septembre, le préfet n’a pas le droit de répéter cela à tout le monde, c’est pas son rôle. Ce qu’il a fait est une faute grave qui devrait entraîner immédiatement sa révocation », s’était emporté Assalé Tiémoko.

Le bain de foule autorisé par le préfet Vakaba Koné

Autant de sorties désobligeantes auxquelles l’accusé n’a jamais daigné répondre. Mais au lendemain des élections du 02 septembre, qui ont vu sa réélection à la mairie de Tiassalé, l’opinion se demande si, au nom de l’honneur, le maire Assalé Tiémoko va-t-il faire son mea culpa et s’excuser auprès du préfet qu’il a vilipendé dans la presse et à travers les réseaux sociaux.

Car, toujours à son poste, le préfet Vakaba Koné a veillé au bon déroulement du scrutin électoral en déployant à Tiassalé, plusieurs unités des forces de l’ordre.

C’est d’ailleurs le préfet Vakaba Koné qui a autorisé le bain de foule nocturne d’Assalé Tiémoko, encadré par les mêmes forces de l’ordre, dimanche dernier, lorsque celui-ci célébrait sa victoire à travers les rues de la ville.

Un maire qui ne respecte pas l’autorité préfectorale

Ce sera encore, sans aucun doute, ce même préfet vilipendé à souhait, qui procédera très bientôt à l’investiture du maire réélu pour tout son nouveau quinquennat à la tête de la commune de Tiassalé.

On se demande bien avec quels yeux, le maire, abonné absent aux célébrations de la fête nationale du 7 août, regardera le préfet Vakaba Koné ce jour-là.

Lui qui maitrise bien les us et coutumes de chez lui, sait très bien que, dans la tradition Akan, on n’injurie pas une personne qui a l’âge de son père. Mais bon ! C’est la politique… Tous les coups sont permis. Même les plus abjects.

Junior Ouattara

Plus dans Economie et Politique

#