Suivez sur
#
Stanislas Zézé (PDG Bloomfield Investment) : « Pour une économie résiliente, la majorité de la richesse doit venir des entreprises locales »

Economie et Politique

Stanislas Zézé (PDG Bloomfield Investment) : « Pour une économie résiliente, la majorité de la richesse doit venir des entreprises locales »

La 8ème édition de la Conférence-Débat Risques pays Côte d’Ivoire (CRP,) a été organisée le jeudi 25 avril, dans un grand réceptif, à Cocody. C’est une initiative de l’entrepreneur ivoirien et fondateur de l’agence de notation financière, Bloomfield Investment, Stanislas Zézé. 

À cette occasion, l’économiste a déclaré que «pour  avoir une économie performante ou résiliente, à long terme, il est extrêmement important que la majorité de la richesse soit créée par des entreprises locales ». Or, en l’état actuel des choses, la tendance observée dans l’économie ivoirienne est que « 95% du tissu, sont constitués de PME qui contribue à seulement 20% de la richesse créée ; et que,  5%, en réalité , de multinationales, contribuent à 85% de la richesse », a aussi fait observer Stanislas Zézé. 

Le rapport présenté par le patron de Bloomfield Investment, fait savoir que, malgré tout, l’économie ivoirienne affiche une bonne santé. C’est ce qu’a résumé la Ministre de l’Economie, du Plan et du développement, Kaba Nialé. « L’économie ivoirienne se montre résiliente malgré les divers chocs négatifs, et affiche un taux de croissance robuste de 7% en 2023 », a-t-elle soutenu.  

La ministre a saisi l’occasion pour rappeler que l’information économique et financière est un instrument important de prise de décisions. A l’échelle d’un pays, elle permet de mesurer les indicateurs afin d’évaluer les progrès et la solidité de l’économie nationale, a-t-elle indiqué. 

Kaba Nialé a ajouté que « procéder à l’évaluation des risques d’investissement constitue en réalité une priorité pour notre pays qui, pour accélérer le progrès économique, se hisser au rang des pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure et renforcer ainsi la lutte contre la pauvreté et les fragilités, a choisi de faire des investissements privés, le moteur de la croissance économique».

Et comme les précédents, le rapport « Risque Pays Côte d’Ivoire 2024 » analyse : les performances macro-économiques, le climat des affaires, la situation des finances publiques et la dette, le système financier dans son ensemble et l’environnement socio-politique, a encore indiqué Kaba Nialé. S’agissant du rapport, elle a révélé avoir  parcouru et examiné « avec beaucoup d’intérêt».  

Lemeridien

Plus dans Economie et Politique

#