Suivez sur
#
Voici la vraie identité de l'homme sur la photo en compagnie de feu Henri Konan Bédié

Economie et Politique

SOUVENIR : Voici la vraie identité de l’homme sur la photo en compagnie de feu Henri Konan Bédié

Il y a 90 ans, le 5 mai 1934, quand Konan Bédié voyait le jour à Daoukro, la colonie de Côte d’Ivoire, qui existait depuis 41 ans et qui comptait 1,8 million d’habitants, avait pour capitale Bingerville. 

En 1942, le petit Konan qui fait ses études à l’école régionale de Bocanda fait partie des 4 % d’enfants qui sont scolarisés. Cinq ans plus tard, en 1947, il est l’un des 350 élèves de la colonie de Côte d’Ivoire à obtenir son certificat d’études primaires. 

Au collège moderne de Guiglo où il poursuit son premier cycle secondaire, c’est un adolescent réservé, travailleur, qui aimait tellement lire qu’Il avait été chargé de s’occuper de la bibliothèque. Les instituteurs l’avaient jugé suffisamment responsable pour le nommer chef de classe et chef de dortoir.  

En 1951, après sa réussite au BEPC, il est orienté à l’école Normale de Dabou puis à William Ponty de Dakar où il bénéficiait d’une bourse pour devenir instituteur. Mais Bédié n’est pas intéressé par l’enseignement, il souhaite faire un cycle universitaire en France. 

Depuis Dakar, il s’organise en prenant des contacts auprès d’Ivoiriens qui eux sont déjà en France. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de celui qui va devenir son mentor, son patron, son collègue et son ami, Arsène Usher Assouan. Ce dernier vit à Poitiers, il est étudiant et animateur d’une amicale ivoirienne.  

Sur la photo d’illustration, nous sommes en 1954, Bédié à 20 ans

Les deux jeunes gens vont se rencontrer à Abidjan pendant les vacances 1954. Quelques semaines plus tard, Bédié s’embarque pour l’ Europe. Il n’est plus boursier, donc il rejoint la France par ses propres moyens. Cowppli-Bony, l’ex-président par intérim du PDCI-RDA, était l’un de ceux qui l’ont accueilli le jour où il a posé sa valise pour la première fois à Paris. 

Trois jours plus tard, il rejoignait Poitiers. Il s’inscrit à la faculté de droit où il obtient la licence puis le certificat à la profession d’avocat, que finalement il n’exercera pas. Il suit également des cours de sciences économiques qu’il ne pourra pas mener à terme. 

Il arrive tout de même à être major de sa promotion à l’examen du DES de sciences économiques. En 1958, Arsène Usher Assouan est nommé directeur de la caisse d’allocations familiales (actuel CNPS), il demande à Henri Konan Bédié de rentrer au pays pour être son sous-directeur.

Sur la photo d’illustration, nous sommes en 1954, Bédié à 20 ans. Il est à Poitiers sur la place du maréchal Leclercq en face du prisunic en  compagnie d’un autre étudiant ivoirien, Assoi Adiko Célestin Virgile, qui sera plus tard professeur, auteur et conseiller pédagogique en histoire et géographie.

Lemeridien avec Page Facebook Félix Houphouët-Boigny

Plus dans Economie et Politique

#