Suivez sur
#
Situation économique de la Côte d'Ivoire : Pourquoi les Ivoiriens sont inquiets; le pays n'est pas redevenu un Pays Pauvre Très Endetté (PPTE) mais... 

Economie et Politique

Situation économique de la Côte d’Ivoire : Pourquoi les Ivoiriens sont inquiets; le pays n’est pas redevenu un Pays Pauvre Très Endetté (PPTE) mais… 

La Côte d’Ivoire se trouve à la croisée des chemins, confrontée à des rumeurs persistantes sur son statut économique. Des voix s’élèvent, affirmant que le pays est redevenu un Pays Pauvre Très Endetté (PPTE), tandis que le gouvernement réfute ces allégations. En tant qu’analyste sociopolitique, je me dois d’apporter un éclairage objectif sur cette question épineuse. 

Les rapports de la Banque mondiale et les déclarations officielles du ministère des Finances et du Budget sont formels : la Côte d’Ivoire n’est pas classée parmi les PPTE. Cependant, cela ne signifie pas que l’avenir est sans nuages. La dette nationale, bien que gérable, requiert une vigilance constante.

Le débat sur le statut de PPTE de la Côte d’Ivoire est symptomatique d’une inquiétude plus profonde quant à la trajectoire économique du pays. L’opposition politique, armée de scepticisme, pointe du doigt ce qu’elle perçoit comme des signes avant-coureurs d’un retour à un endettement insoutenable. Le pouvoir en place, quant à lui, brandit des statistiques rassurantes et des projets d’infrastructures prometteurs. 

Entre ces deux visions, la réalité se dessine : une économie en croissance, certes, mais pas à l’abri des aléas internationaux et des fluctuations des marchés. La ratification de l’accord portant création de la Facilité africaine de soutien juridique a jeté de l’huile sur le feu du débat. Pour certains, c’est la preuve irréfutable que le pays glisse vers le statut PPTE. Pour d’autres, c’est une démarche administrative standard, sans lien avec l’endettement national. 

« la Côte d’Ivoire n’est pas un pays PPTE, mais elle n’est pas non plus à l’abri des défis économiques »

La vérité est que la Côte d’Ivoire, en ratifiant cet accord, se dote d’un outil supplémentaire pour naviguer dans les eaux parfois troubles du financement international. C’est une mesure de prudence, non un aveu de faiblesse. L’économie ivoirienne, dynamique et diversifiée, est le reflet d’une Afrique en mutation. Les secteurs du cacao, de l’agriculture, de l’énergie et des technologies de l’information sont autant de moteurs de croissance. 

Mais la prospérité ne se mesure pas seulement en PIB ou en exportations. Elle se vit au quotidien, dans la capacité des Ivoiriens à faire face à la cherté de la vie, au chômage, et aux défis sociaux. C’est là que le bât blesse, et que l’opposition trouve un écho auprès de la population. En conclusion, la Côte d’Ivoire n’est pas un pays PPTE, mais elle n’est pas non plus à l’abri des défis économiques. 

La gestion de la dette doit être prudente et transparente, les investissements judicieux et les réformes courageuses. Seule une approche équilibrée et inclusive permettra au pays de continuer sur la voie du développement tout en préservant sa stabilité financière. C’est un défi de taille, mais aussi une opportunité de démontrer la résilience et l’ingéniosité ivoirienne.

Par Ahouman Gaël Lakpa, Analyste Sociopolitique et Écrivain Ivoirien.

Plus dans Economie et Politique

#