Suivez sur
#
DÉCRYPTAGE -  Alassane Ouattara et le sens des priorités (Par Dr OUSSOU Kouamé Rémi, Enseignant-chercheur)

Economie et Politique

OPINION –  Alassane Ouattara et le sens des priorités (Par Dr OUSSOU Kouamé Rémi, Enseignant-chercheur)

Après sa prise effective du pouvoir, le 11 avril 2011, suite à la tristement célèbre crise post-électorale, en 2010-2011, qui a fait plus de 3.000 victimes, le Président Alassane Ouattara (Prado), après avoir fait une évaluation rapide du contexte après-guerre du pays, comprit qu’il fallait établir de véritables priorités s’il voulait multiplier ses chances de faire face aux multiples défis auxquels il était confronté car, on le sait, en contexte post-conflit tout est priorité, comme l’a si bien souligné l’éminent professeur d’economie et specialiste des conflits britannique, Paul Collier, dans une de ses interventions.

Sachant que toute guerre est par essence destructrice d’infrastructures et de moyens de substances, notamment celle de la Côte d’Ivoire qui s’est étendue sur presqu’une décennie et qui a entraîné la partition du pays de fait, la première des priorités, si on puit ainsi s’exprimer, était de commencer par soulager la souffrance des populations par la reconstruction et/ou la réhabilitation physique des infrastructures détruites, conditions sine qua non pour permettre aux services administratifs et économiques de fonctionner à nouveau. 

C’est ainsi que furent mis en place les Programmes présidentiels d’urgence (PPU). Comme leur nom l’indique, les PPU sont un ensemble d’interventions socio-humanitaires qui ont permis de parer au plus pressé en termes de réhabilitation des services de base qui sont devenus presqu’inexesitants après le conflit. Ces initiatives de sortie de crise concernaient six (6) domaines socio-humanitaires clés: l’électricité, l’eau, la santé, l’éducation, la salubrité et l’administration. 

Le susbstrat infrastructurel et d’équipements ayant été bâti, vint la réconciliation avec la mise en place de la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR), organe chargé de « créer les conditions d’une éradication de la violence et des violatios des droits humainsen vue d’aboutir à la réconciliation des Ivoiriens et des Ivoirienne », suivie, naturellement, des diverses réformes économiques et techniques qui devront, à terme, contribuer à la relance de la machine de production pour une transformationstructurelle de l’économie ivoirienne. 

« Alassane Ouattara a pu s’extirper du piège mortel auquel sont exposés plusieurs pays émergeants »

Il y a lieu, néanmoins, de souligner que ces phases ne se sont pas déroulées l’une à la suite de l’autre, comme l’analyse pourrait le faire croire; elles ont même pu s’imbriquer les unes dans les autres ou même se superposer parfois, mais toujours est-il que lors de l’établissement des priorités, le Prado s’est aperçu qu’entre les différentes priorités, il y en avait une seule et unique qui devait précéder toutes les autres pour son effet d’entraînement, en l’occurrence le soulagement de la souffrance des populations et incidemment la lutte contre la pauvreté.

Ainsi, l’analyse vient de démontrer qu’avec un sens aigu des priorités, Alassane Ouattara a pu s’extirper du piège mortel auquel sont exposés plusieurs pays émergeants, d’une longue crise armée où ne sachant pas faire la part des choses, en termes de ce qui est essentiel, ne tardent pas à replonger dans une crise encore plus grande. 

Tout le contraire est le Prado qui, en leader avisé, a su commencer par les PPU qui ont justement servi de charnière entre une sortie de crise marquée par d’énormes interventions socio-humanitaires immédiates, en vue de faire face à la situation de précarité provoquée par la décennie de crise, et la relance de l’appareil de production économique.

OUSSOU Kouamé Rémi 

Enseignant-chercheur à l’Université Alassane Ouattara-Bouaké

Expert en développement professionnelaaa

Plus dans Economie et Politique

#