Suivez sur
#
Marcellin Kouamé (président du SN-CI) tance le RHDP: "Le pays ne peut pas s'arrêter à Ouattara (...) Il peut être candidat en 2025 et perdre"

Economie et Politique

Marcellin Kouamé (président du SN-CI) tance le RHDP: « Le pays ne peut pas s’arrêter à Ouattara (…) Il peut être candidat en 2025 et perdre »

Croquant l’actualité avec la presse, le lundi 29 avril 2024, à Abidjan, le président du Sursaut National Côte d’Ivoire ( SN-CI) s’est prononcé sur la candidature éventuelle d’Alassane Ouattara aux élections présidentielles de 2025. 

Marcellin Kouamé était face à la presse, lundi. Le leader du SN-CI a saisi l’occasion de cette rencontre avec les acteurs des médias pour annoncer sa candidature à l’élection présidentielle de 2025, en Côte d’Ivoire. « Ce n’est pas parce que la Commission Électorale Indépendante (CEI) ne va jamais changer que nous allons abandonner la compétition. Nous allons y aller. Je serai candidat », a-t-il déclaré avant d’égrener les motivations de son ambition. 

« L’ivoirien souffre. C’est un constat général. Vous trouverez des ivoiriens qui ne peuvent pas avoir 2 repas dans la journée. Nous avons, mainte fois, interpellé le président Ouattara et son gouvernement pour qu’ils travaillent à l’allègement de la souffrance du peuple. Mais en vain. C’est pourquoi le Sursaut National propose une offre nouvelle au peuple de Côte d’Ivoire ». 

En outre, M. Kouamé a profité de cette tribune pour donner son avis sur la candidature éventuelle de l’occupant actuel du palais du Plateau. Selon lui, le débat n’a pas lieu d’être. Le président Ouattara peut s’inscrire, à nouveau, pour la course à la magistrature suprême si telle est la volonté de sa formation politique. Toutefois, il signe que ce dernier mordra la poussière. 

« Que Ouattara soit candidat en 2025 ou pas, c’est la cuisine du RHDP. Nous verrons quels arguments auront les cadres de cette formation pour soutenir cette énième candidature. Ouattara peut être candidat et perdre en 2025. Quand un peuple est fatigué, il veut le changement », a-t-il lancé. 

Le candidat déclaré à la joute présidentielle de 2025 va enfoncer le clou en attaquant le bilan des années Ouattara. Pour lui, les progrès réalisés doivent être mis, aussi, à l’actif de l’opposition. « Nous apprécions les infrastructures. Si elles ont pu être réalisées, c’est parce qu’on a une opposition intelligente dont le souci est de donner la quiétude aux ivoiriens, dans leur quotidien. Si on remet ces moyens à un bébé, avec un pays stable, il va réaliser les mêmes choses », a asséné M. Kouamé. 

Le chef de file du SN-CI a achevé son intervention en rassurant ses compatriotes. « Après Ouattara, ce sera la continuité avec nous et d’autres personnes. Le pays ne peut pas s’arrêter à Ouattara. Il y a eu Houphouët Boigny, Bédié, Guéi et Gbagbo. Aujourd’hui, c’est Ouattara. Après lui, il y aura d’autres personnes », a-t-il conclu. 

Créé, il y a 6 ans, le Sursaut national Côte d’Ivoire (SN-CI) est un parti se situant au centre de l’échiquier politique ivoirien. Son projet politique est axé sur un libéralisme doublé d’un social hardi. C’est avec cette offre qu’il va à la quête des suffrages des ivoiriens aux présidentielles de 2025.

Junior Ouattara

Plus dans Economie et Politique

#