Suivez sur
#
L'hommage de Nazaire Kadia à Laurent Gbagbo : "Il reste une référence pour nombre de personnes de ma génération"

Economie et Politique

L’hommage de Nazaire Kadia à Laurent Gbagbo : « Il reste une référence pour nombre de personnes de ma génération »

Il y a des hommes dont la vie et le parcours ne laissent pas indifférent. Qu’on les aime ou qu’on ne les aime pas, on a toujours une opinion sur eux. Laurent Gbagbo est de ceux-là. Aujourd’hui 31 mai, l’homme souffle une bougie de plus dans son cheminement terrestre. C’est l’occasion pour nous les adeptes de ses idées, et en qui nous nous retrouvons, de lui souhaiter un joyeux et fructueux anniversaire. L’occasion également de raconter dans quelles circonstances nos chemins se sont croisés. 

L’homme, je ne l’ai pas connu tôt. Juste des bribes d’informations sur une conférence qu’il devait prononcer à l’université de Cocody et qui fut interdite. J’étais encore au lycée. Notre première « rencontre » remonte à mes années étudiant, en pleine apogée du parti unique. L’homme à cette époque était en exil, je ne l’avais jamais vu, ni en photo, ni « vis-à-vis ». Notre première rencontre fut au travers de feuillets photocopiés. 

En effet, étudiant et logé à la cité universitaire de yopougon aujourd’hui BAE, je vis sous ma porte un jour en revenant des cours, des feuillets photocopiés sur lesquels, il y avait une note manuscrite : « lisez et faites lire. Attention à vous ». Après le restaurant universitaire, allongé dans mon lit je pris le temps nécessaire pour lire le document. Le lendemain, d’autres feuillets furent encore glissés sous ma porte avec la même mise en garde. Ce fut ainsi pendant une semaine. 

Quand j’eus fini de lire la conclusion du document, je fus entièrement conquis. Je venais sans débourser un rond, de lire le livre «Cote d’Ivoire, pour une alternative démocratique » de Laurent Gbagbo. Je fus si conquis, que je me suis dit, « cet homme son pied, mon pied ». Je venais d’entendre un son de cloche, autre que toutes les litanies à la gloire d’Houphouët-Boigny qu’il nous était donné d’entendre à cette époque. 

Quelques années plus tard, j’eus le privilège de prendre la parole devant ce grand homme à Daloa où j’étais en fonction, en ma qualité de Secrétaire Général de la Jfpi du département. À l’ouverture démocratique de notre pays, il eut une pléthore de partis de gauche: Parti Socialiste de Moriféré Bamba, Union des Sociaux Démocrates de Zadi Zaourou, Parti Ivoirien des Travailleurs de Francis Wodié…

Mais mon choix ne connut aucune hésitation. J’ai opté pour le parti fondé par Laurent Gbagbo, quoi qu’à cette époque nous avions eu à travailler avec les autres partis sus-cités dans la Coordination des partis de gauche. Des années plus tard, l’homme reste toujours une référence pour nombre de personnes de ma génération. Joyeux anniversaire Monsieur le Président. Demain est un autre jour, et Dieu veille !

NAZAIRE KADIA

Plus dans Economie et Politique

#