Suivez sur
#
La mairie d’Adjamé répond à F.M. Bally: "Le Député-Maire Farikou ne saurait être mêlé à une quelconque opération de fraude sur l’identité"

Economie et Politique

La mairie d’Adjamé répond à F.M. Bally: « Le Député-Maire Farikou ne saurait être mêlé à une quelconque opération de fraude sur l’identité »

Dans un article intitulé : ‘’Procédure spéciale de déclaration de naissance et de rétablissement d’identité: Un vrai tour de magie se joue à Adjamé’’ diffusé sur le site Le méridien, le 16 mai 2024, l’auteur F.M. Bally a voulu démontrer que l’ouverture d’un guichet spécial, depuis le 14 mai par la mairie d’Adjamé, pour enrôler des pétitionnaires inconnus à l’état civil, n’est qu’un prétexte pour favoriser une « fraude massive sur les cartes nationales d’identité ». 

Poursuivant sa diatribe, ce journaliste voit un acte pour fausser les résultats de la présidentielle de 2025. Ces affirmations gratuites de F.M. Bally méritent des réponses appropriées afin de lever le doute dans l’esprit des populations ivoiriennes. 

Du point de la forme, l’article de ce journaliste soulève une grosse inquiétude. Comment comprendre que face à une question aussi sensible que constitue la fraude sur l’état civil, le journaliste n’a même pas fait le moindre effort pour se rendre à la mairie d’Adjamé afin de voir le déroulement de la procédure spéciale de déclaration de naissance et de rétablissement d’identité et même interroger les initiateurs ? 

A l’évidence, ce journaliste n’a rien voulu comprendre, mu par sa volonté de diffuser des rumeurs, F.M. Bally n’a pas jugé utile de rechercher l’équilibre de l’information et s’est contenté d’analyser un communiqué. Du point de vue du fond, nous tenons à relever les nombreuses incohérences contenues dans cet article. 

En effet, dans le cadre de l’application de la loi numéro 2018-863 du 19 novembre 2018 instituant une procédure spéciale de déclaration de naissance, de rétablissement d’identité et de transcription d’acte de naissance, la mairie d’Adjamé abrite un guichet spécial. Il s’agit de déclarer, tout d’abord de donner des actes de naissance à tous ceux qui n’ont jamais été déclarés qui sont nés à adjamé, qui n’ont jamais eu d’acte de naissance. 

Ensuite de rétablir certaines personnes, dans leur identité. En sus, des personnes qui ont utilisé à un moment donné de leur vie des faux actes, cette procédure permet de les rétablir dans leur vraie identité. Enfin, la procédure consiste à faire la transcription dans les registres des gens qui ont eu des actes vrais, mais peut-être que le double ou l’original du registre a disparu et qu’on ne retrouve plus.

La tranche d’âge varie de 3 mois 1 jour à X ans. 

Même les étrangers sont concernés s’ils sont nés sur le territoire mais ils doivent se faire accompagner de deux témoins ivoiriens, qui vont témoigner de la véracité des informations que le requérant donne. Aussi les témoins doivent avoir nécessairement la photocopie de leurs pièces d’identité. Toutes ces informations seront transmises au juge qui décidera de qui le requérant est éligible ou pas.

C’est dire que l’opération qui est légale et qui a cours à la mairie d’Adjamé, ne permet de donner qu’un acte de naissance et non un certificat de nationalité. C’est avec un certificat de nationalité qu’une personne peut avoir la carte nationale d’identité et se faire enrôler sur la liste électorale. Et comme la loi permet que des étrangers nés en Côte d’Ivoire soient déclarés également à l’état civil, la procédure concerne également les étrangers. 

Il ne s’agit donc nullement de chercher à donner la nationalité ivoirienne à des étrangers comme le prétend ce journaliste

Par ailleurs, il ne s’agit pas pour un requérant de venir faire une déclaration et obtenir systématiquement un extrait de naissance. Il y a une procédure rigoureuse qui accompagne l’opération. Il y a non seulement deux témoins ivoiriens que le requérant doit présenter, mais aussi, la procédure se fait en présence de médecins. Et au final, le juge doit valider tout le processus. 

Au surplus, cette procédure a déjà vu le jour dans plusieurs autres communes. Cela est vérifiable. En tout état de cause, le Député-Maire Farikou Soumahoro ne saurait être mêlé à une quelconque opération de fraude sur l’identité. La mairie d’Adjamé demande aux journalistes de travailler de façon professionnelle, en allant à la source de l’information. Les bureaux de la mairie sont ouverts à ceux qui veulent en savoir davantage.

Le service de communication de la mairie.

Plus dans Economie et Politique

#