Suivez sur
#
Flou autour du Comité de gestion de la Filière Bétail et viande: Le ministre Sidi Touré victime d’escroquerie morale (?), un complot contre InterBovici dévoilé

Economie et Politique

Flou autour du Comité de gestion de la Filière Bétail et viande: Le ministre Sidi Touré victime d’escroquerie morale (?), un complot contre InterBovici dévoilé

Dans le cadre de la structuration interprofessionnelle de la Filière Bétail et Viande de Côte d’Ivoire, des acteurs du secteur, sous la supervision du Ministère des Ressources animales et halieutiques, ont signé, fin janvier 2024, un mémorandum d’entente en vue de la création, l’organisation et le fonctionnement d’un Comité provisoire de gestion de la Filière Bétail et viande de Côte d’Ivoire. Une initiative louable du ministre Sidi Touré mais qui malheureusement est entachée de plusieurs vices de procédures.

Le secteur des ressources animales et halieutiques, joue un rôle important dans l’économie ivoirienne. Contribuant à la sécurité alimentaire et à la création d’emplois, il se compose de Filières stratégiques importantes qui apportent une forte contribution dans l’économie nationale. Cependant, malgré ses atouts, la Côte d’ivoire demeure un pays importateur de viande de ruminants. 

La filière fait face à plusieurs contraintes: matériels peu performants, renouvellement génétique, insuffisance de formation technique pour les éleveurs, manque de financements et infrastructures de commercialisation et d’abattage déficientes. De plus, le secteur est marqué par de longs conflits entre acteurs, dus à une organisation défaillante et à une représentation insuffisante des producteurs ; ce qui entrave le développement du secteur, la stabilisation des prix et l’amélioration des revenus des acteurs. 

Face à cette situation, le ministère des Ressources Animales et Halieutiques, a jugé impérieux et même urgent de relever au mieux le défi de la structuration interprofessionnelle de cette filière. L’interprofession, selon le Ministère, est un levier pour impulser un nouveau dynamisme à I’amélioration de la compétitivité de la filière bétail, viande. Toutefois, s’il est reconnu que la mise en place de I’interprofession de la filière bétail-viande incombe aux acteurs issus des diverses familles professionnelles, l’on s’étonne de l’exclusion de certains acteurs clés dont l’ancienneté et l’expérience dans la filière, ne sont plus à démontrer. 

Seulement trois organisations ont été désignées par le Ministère des Ressources animales et Halieutiques

En effet, seulement trois organisations ont été désignées par le Ministère des Ressources animales et Halieutiques, pour prendre part au mémorandum d’entente destiné à la mise en place d’un Comité provisoire de gestion de la Filière Bétail et viande de Côte d’Ivoire.

Il s’agit de la Fédération Nationale des Coopératives de la Filière Bétail et Viande de Côte d’lvoire (FENACOBVICI) de Sawadogo Issaka; la Confédération des Acteurs de la Filière Bétail et Lait de Côte d’lvoire (CAFIBELCI) du général Soumahoro Gaoussou ; et enfin de l’Union Régionale des Marchands de Bétail de la région d’Abidjan (URSCIMABA, UNATBVT) de Coulibaly Mory.

Et comme il fallait s’y attendre, ce trio privilégié s’est attribué les trois postes du présidium du Comité provisoire pour la gestion de la filière bétail-viande, avec comme président, le très controversé Soumahoro Gaoussou, représentant la CAFIBELCI. Quand Coulibaly Mory de l’URSCIMABA-UNATBVT et Sawadogo Issaka de la FENACOBVICI, sont désignés tous les deux, vice-présidents.

La mission de ce comité serait de gérer la filière bétail-viande jusqu’à la mise en place de I’interprofession de la filière bétail-viande par I’organisation d’une Assemblée Générale Constitutive. Seulement voilà ! Un acteur majeur de la filière, notamment la Confédération des professionnels de la filière Bovine et Viande en Côte d’Ivoire (InterBovici) qui existe depuis 2019 et qui a gagné tous ses procès contre les usurpateurs de son titre, est curieusement absente du Comité provisoire de gestion.

Dans un courrier en date du 27 janvier 2024, adressé au ministre des Ressources animales et halieutiques, son président du Conseil d’administration, Fofana Karim, dénonce la mise à l’écart de sa structure, en indexant certains membres signataires du mémorandum d’être à la base de cette situation d’exclusion. 

« je vous supplie de réparer en nous intégrant comme signataires de ce mémorandum »

« Monsieur le Ministre, il m’est parvenu qu’un protocole d’accord a été trouvé entre les principaux acteurs de la filière bétail-viande, qui a vu la mise en place d’un mémorandum d’entente en vue de la création, l’organisation et le fonctionnement d’un Comité provisoire de gestion de la Filière Bétail et viande de Côte d’Ivoire. Monsieur le Ministre, tout en vous félicitant pour votre grand sens du dialogue et vos grandes capacités à mener cette pédagogie politique pour la paix et la prospérité de notre filière, je suis au regret de vous annoncer que, malgré votre bonne foi, vous pourriez être victime d’une escroquerie morale», alerte le PCA de l’InterBovici. 

Et de poursuivre: «Monsieur le Ministre, comment comprendre qu’en tant que président de l’InterBovi-CI, une faitière qui regroupe trois (03) fédérations, ayant vu le jour depuis 2019, nous ne puissions pas être associés à ce mémorandum ? La question est brûlante et sa réponse se trouve dans l’hypocrisie bavarde de certains acteurs qui ont œuvré jusque-là, à me nuire.

Monsieur le Ministre, nous vous avions adressé de nombreux courriers qui ne vous sont jamais parvenus. Autour de cette table du mémorandum, se trouvent plusieurs mis en cause condamnés par la justice ivoirienne après violation de droit d’InterBovici. Monsieur le Ministre, vous comprenez que nous sommes victimes d’un complot ourdi que je vous supplie de réparer en nous intégrant comme signataires de ce mémorandum », insiste Fofana Karim dans son courrier adressé au ministre Sidi Touré. Nous y reviendrons ! 

Par David YALA

Plus dans Economie et Politique

#