Suivez sur
#
Dr Oussou Kouamé Rémi dévoile les deux faces de la vie du président Ouattara et explique pourquoi sa succession sera l'équation la plus difficile

Eco et politique

Dr Oussou Kouamé Rémi dévoile les deux faces de la vie du président Ouattara et explique pourquoi sa succession sera l’équation la plus difficile

Né le 1er janvier de l’an 1942, à Dimbokro, Alassane Ouattara est fils d’un riche commerçant et d’une mère au foyer. De par ses origines familiales et son parcours universitaire prestigieux, n’importe qui aurait deviné qu’il aurait une brillante carrière. Tel fut  effectivement le cas. 

Diplomé en économie de la célèbre et prestigieuse University of Pennsylvania, communément appele U-Penn, Alassane Ouattara fit ses premières armes professionnelles au Fonds Monétaire international (FMI), en tant que stagiaire, avant de devenir, plus tard, gouverneur de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) et de retourner au FMI comme Directeur général Adjoint.

Toutefois, si sa carrière professionnelle est allée comme sur des roulettes, il en va tout autrement pour son apprentissage politique, où appelé en renfort en Côte d’ivoire, en 1990, par feu Félix Houphouët-Boigny, pour relancer l’économie qui était au bord de la faillite, Alassane Ouattara sera tour à tour acclamé puis « persécuté » pour nationalité douteuse, juste parce qu’il a bénéficié d’une bourse d’étude du gouvernement des États-Unis en tant que citoyen Burkinabé; nationalité qu’il n’aura de cesse de démontrer et qui lui coûta deux (2), sinon presque trois (3)  échéances électorales presidentielles.

Toutefois, loin de se laisser démonter par tant d’obstacles qui s’apparentaient, parfois, à de véritables peaux de banane, il a toujours su s’armer de courage, de persévérance et de patience jusqu’à son accession, finalement, à la magistrature suprême, en avril 2011. 

Que peut-on retenir de sa vie et de tout le reste? 

Il est certes vrai que, dans sa jeune histoire, la Côte d’Ivoire a connu d’autres chefs de l’exécutif, à commencer par le premier Président, Felix Houphouët-Boigny, dit le Père de la nation ou Père fondateur qui eut son lot de combat, notamment contre le colonisateur, et que d’autres à l’exemple de Laurent Gbagbo en ont vu de vertes et de pas très mûres, mais il faut reconnaître que le parcours d’Alassane Ouattara, principalement, fait de persécutions, d’humiliations, de frustrations, mais de vision, de résilience et surtout de courage d’espérance et même d’espoir, n’est à nul autre pareil et, pour cette raison seule, mérite qu’on s’y attarde. 

Quand on pense à Alassane Ouattara, ce qui vient en tête, c’est lutte perpétuelle pour la reconnaissance de son ivoirité, années de braise, tribulations, etc. D’un autre côté, quand on évoque le nom Alassane Ouattara, c’est rigueur dans la gestion, éthique du travail, lutte contre la corruption et la gabegie, gestion axée sur les résultats, formation et constitution d’un capital humain de qualité, cohésion sociale et réconciliation, renaissance et rayonnement de la Côte d’Ivoire, etc. On pourrait allonger la liste à l’infini. Pour ce qui est des qualités et valeurs dont cet homme est dotées, il n’y a qu’à observer ses actions et ses décisions.

Même sans jamais l’avoir côtoyé, on connait sa grande résilience face aux vicissitudes politiques, son niveau exceptionnellement élevé de courage, de patience et de persévérance, sans mentionner ses solides compétences en matière de prise de décisions. Loin de l’affaiblir, toutes ces épreuves ont plutôt contribué à l’affermir dans ses convictions et à renforcer sa confiance en soi. Bien entendu, un leader de sa trempe sait dire non en établissant les limites nécessaires.

Il va sans dire qu’au cours de sa vie, il a su développer la capacité à apprendre de ses propres erreurs et échecs sur lesquels il a à peine le temps de sy attarder si ce n’est pour s’en servir comme des opportunités d’apprentissage et de développement personnel. Enfin, et naturellement, il possède une approche proactive de la vie qui lui permet de « prendre les mesures nécessaires pour que…au lieu d’attendre que quelque se produise ».

Ceci étant, il faut dire que ses imitateurs seront nombreux mais que très peu y parviendront, mais le plus dramatique et peut-être le plus inquiétant dans tout ca, c’est sa succession car il a mis la barre si haut que quiconque voudra entrer dans ses souliers, devra certainement déployer des efforts exceptionnels pour espérer durer au pouvoir. Une façon de dire qu’on aura beau gloser sur lui, Alassane Ouattara marquera d’une manière positivement durable la jeune histoire de notre pays.

Oussou Kouamé Rémi 

Enseignant-chercheur à l’Université Alassane Ouattara-Bouaké 

Département d’anthropologie et sociologie

Unexpert Analyste socio-politique et économique

test

Plus dans Eco et politique

#