Suivez sur
#
Côte d'Ivoire: "Que Ouattara renonce à briguer un quatrième mandat en 2025" après la réussite de la CAN

Economie et Politique

Côte d’Ivoire: « Que Ouattara renonce à briguer un quatrième mandat en 2025 » après la réussite de la CAN

En Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a pris les rênes du pouvoir en 2010, émergeant de la crise militaro-politique face à Laurent Gbagbo. Cinq ans plus tard, son bilan affichait des nuances. 

De 2015 à 2020, concluant son deuxième mandat, une nouvelle crise post-électorale a marqué le début d’un troisième mandat. Sous la houlette du président Alassane Ouattara, le RHDP a accompli des avancées significatives, redessinant la Côte d’Ivoire post-crise.

Aujourd’hui, l’unanimité entoure la renaissance de la Côte d’Ivoire. Toutefois, après 15 ans au pouvoir, tout régime et toute initiative montrent des signes d’essoufflement. 

Les limites du RHDP se manifestent à travers des scandales financiers, une inflation galopante, des augmentations de factures, notamment de la CIE, et d’autres préoccupations majeures. Les Ivoiriens ressentent le besoin impérieux d’un nouveau souffle sur les plans politique, économique et social.

Alors que le monde braque ses projecteurs sur la Côte d’Ivoire en tant qu’hôte de la CAN, l’attention internationale met en lumière l’organisation remarquable du pays. Les témoignages, de l’aéroport jusqu’au nord du pays, soulignent unanimement son niveau d’excellence. 

« Après tant d’efforts, il mérite non seulement les éloges pour ses réalisations, mais également un repos bien mérité »

Préparant le terrain pour la plus grande CAN de l’histoire africaine, cette réalisation témoigne de la fierté des Ivoiriens pour la contribution d’Alassane Ouattara à ce succès. C’est dans ce contexte que je sollicite, après ce triomphe et l’organisation de la CAN, que le président Alassane Ouattara renonce à briguer un quatrième mandat en 2025. 

L’évidence des limites liées à une longévité au pouvoir se matérialise à travers des institutions qui risquent de s’affaiblir, une stagnation des idées et un risque de détérioration des principes démocratiques. Le passage du flambeau à une nouvelle génération renforcerait la démocratie ivoirienne, prouvant ainsi son amour et son dévouement envers la Côte d’Ivoire. 

Après tant d’efforts, il mérite non seulement les éloges pour ses réalisations, mais également un repos bien mérité, laissant place à une gouvernance dynamique et renouvelée.

Ahouman Gaël Lakpa,

Citoyen Ivoirien,

Auteur-Écrivain

Poète, Romancier et Dramaturge,

Analyste Sociopolitique.

Plus dans Economie et Politique

#