Suivez sur
#

Economie et Politique

Côte d’Ivoire: L’émouvant témoignage de Nassénéba Touré sur Kandia Camara ; ce qu’elle dit du président Ouattara

Le lundi 30 octobre 2023, s’est tenue au siège du RHDP à la Rue Lepic d’Abidjan Cocody, une cérémonie d’hommage à Mme Kandia Camara, présidente du Sénat ivoirien. Cette cérémonie organisée par la Jeunesse féminine professionnelle du RHDP, a permis à la ministre Nassénéba Touré de rendre un témoignage émouvant sur le parcours politique de celle que ses partisans appellent affectueusement « La Péré Nationale ». Ci-dessous, l’intégralité du discours témoignage de la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant.

Madame la Présidente du Senat,

J’ai longtemps réfléchi à la forme de mon témoignage à votre égard, tant la voix qui est la vôtre a influencé les pas qui sont les nôtres dans la voie de nos devoirs. Finalement, je me suis résolue à parler avec mon cœur, pour que le souffle de mon verbe rende compte des lueurs que vous avez amenées dans ma demeure propre, et dans celles de toutes mes sœurs réunies, en ce jour d’honneur.

Mes chers amies et sœurs, Que dire en effet, d’une femme qui avec la force d’une lionne, incarne la sagesse d’une championne. Une femme, qui dans le miroir de l’absolu, représente la mémoire de tant de luttes !

Que puis-dire davantage, qui n’a pas encore dit ! Et pourtant il faut bien dire ! Alors, dans la transition du crépuscule, j’ai trouvé une formule. Celle que les érudits nomment dialectique ; c’est-à-dire le questionnement dynamique. Et mes questions sont nombreuses, tant votre histoire est curieuse et valeureuse.

Quelle serait donc la vie s’il n’y avait pas les saveurs du combat, les joies des victoires, la douleur des défaites, la peine de l’injustice ? Quelle serait donc l’existence si la force de la foi ne se frottait pas aux effrois, pour qu’une voie soit ouverte à la loi ?Quel visage aurait donc l’histoire, notre histoire, celle de la Côte d’Ivoire si les luttes ne laissaient pas en mémoire, la sagesse. La sagesse collective, dans un destin d’éternels questionnements ?

« Que serions-nous sans les sacrifices des devanciers? « 

Que serions-nous sans les sacrifices des devanciers, qui dans le tumulte du fracas ont choisi d’être la mémoire de nos luttes, l’incarnation de nos espérances et les visages de nos espoirs ?

Madame la présidente du Senat, Pérée Nationale

C’est dans ces questionnements que j’ai saisi combien était profonde l’intelligence de certains hommes, qui en dépit du vacarme de la vie politique ont la galante attitude et la stratégique vision de faire des femmes, la cheville ouvrière des grandes épopées.

Ces hommes-là sont du moule d’un leadership qui allie confiance et courage, qui marie loyauté et performance, qui assemble humanité et responsabilité. Dans les flux de mes réflexions, ce type de leadership me ramena à un nom dont la discrétion n’a d’égale que la valeur politique et le sens du combat.

Gilbert Kafana Kone, Président du Directoire du RHDP est l’archétype de l’abnégation, le symbole achevé d’une digne loyauté, l’exemple parfait du travailleur, le caractère solide de l’homme de mission. Toutes ces qualités qui font écho à celles d’un autre lion, arrache tôt à notre affection, Feu Amadou Gon Coulibaly.

« Alassane Ouattara, l’architecte »

L’évidence suit souvent des cadences qu’il n’est pas facile de déchiffrer avec aisance, sans prendre la patience de suivre le sens de la régénérescence d’une certaine quintessence. Au RHDP, les références sont des essences. C’est ainsi que la dynamique d’excellence nous offre Ibrahim Cissé Bacongo, l’intrépide militant, le rigoureux juriste, le maire disponible. Même les chroniques du parcours écrites par lui-même ne rendent pas justice a l’énergie qu’il a déployé pour la cause de la justice et de l’égalité.

Chères sœurs de la JFP, chères invitees

Justice et égalité, le double attribut de Thémis, pour lequel supplices et sacrifices ont été consentis et contre lequel nul vice et nulle calice n’ont été rétréci, montrant davantage la grandeur d’un illustre fils de ce pays : Alassane Ouattara. C’est bien lui l’architecte de ce leadership dont nous sommes les émules. C’est lui, qui par la force de la conviction a fait des femmes, disais-je plus haut, les chevilles ouvrières des épopées.

Il rend hommage en même temps qu’il engage, il donne des gages en même temps qu’il encourage. Il a établi le record de première fois : première femme Grande Chancelière, Première femme Présidente du Conseil Constitutionnel, Première Femme Ministre de l’Economie. En plus de bâtir un pays, ils construisent les mentalités ivoiriennes en valorisant les femmes.

« Kandia Kamissoko Camara n’est pas seulement une militante de premier plan… « 

C’est dans l’anthropo-gouvernance. Il n’est donc pas étonnant qu’il fasse de Kandia Camara, deux fois Ministres de souveraineté, puis Première Présidente du Senat. Kandia Kamissoko Camara n’est pas seulement une militante de premier plan, aux convictions fortes et à la foi inébranlable. Elle est d’abord le témoignage de ce qu’il faut vivre pour des causes. Elle est ensuite une combattante née, une championne confirmée et une mère accomplie.

Elle est enfin, la preuve que tous les grands destins sont accessibles aux femmes, à condition qu’elles s’en donnent les moyens.Nous voilà donc rassemblées, toutes générations confondues, au faîte de nos capacités, en témoins de la sagesse d’une championne, en présence d’une mémoire de nos luttes, comme d’illustres femmes avant elle. Ces femmes ! Aaah Ces femmes ! L’intrépide Anne Marie Raggi et la Côte d’Ivoire résistante ; la « dame de Kabrousse » Aline Sittoe Diatta et la révolte casamançaise ; la reine du Ndongo, Anne Zingha et la dignité angolaise, l’intellectuelle militante Henriette Dagri Diabate et la Cote d’Ivoire en Memorial…

C’est bien dans cette lignée, dans le triomphe de ces épopées qu’il m’est loisible de vous classer, Madame la Présidente du Sénat, notre Pérée national. A y regarder de près, il m’a fallu regarder tout près pour saisir le sens de votre itinéraire, c’est-à-dire dans le courant de votre cheminement. L’évidence ne s’est pas fait attendre : vous êtes une combattante. C’est seulement par le combat que je puis faire le lien entre la championne de Handball que vous avez été et la Présidente du Sénat que vous êtes devenue. Leçons d’une vie, enseignements pour la vie !

« Maman Kandia, i kamissoko, i Camara, la Sofa d’Alassane Ouattara »

Pour qu’un destin s’accomplisse, il ne faut pas seulement de la réussite, mais des sacrifices. Il ne faut pas seulement de la chance, mais de la persévérance. Tous ces traits de caractère et ces valeurs dont votre épopée est parsemée. Moi, qui ai le privilège d’être sous votre aile mesure pleinement les leçons de cette ère de privations et de tumultes, de convictions et de luttes, pendant laquelle ni doute, ni déroute n’ont été des options.

Maman Kandia, i kamissoko, i Camara, la Sofa d’Alassane Ouattara, l’infatigable militante d’une Côte d’Ivoire de tous et pour tous ; voici tes filles et petites filles ! Comprends-nous donc ! Entends-nous donc ! Ecoute-nous donc ! Accepte-donc que la Jeunesse Féminine Professionnelle soit l’écho des voix que tu as portées, le relais des combats que tu as menés et l’héritière des succès que tu as glanés.

Car, en définitive, si les Béninoises ont eu Tassi Hangbé, courageuse reine des Aggodieh ; les femmes de Côte d’Ivoire ont aujourd’hui et pour toujours leurs Pérée national, Kandia Kamissoko Camara. Ainsi donc, j’ai parlé. Mes lèvres ont transmis en mots, les flots qui inondaient mon cœur. Ma voix s’est faite la voix de la Jeunesse Féminine Professionnelle. Longue vie à toi Maman ! « 

Plus dans Economie et Politique

#