Suivez sur
#
Côte d'Ivoire : Comment les concours de circonstances ont fait de Ouattara, un des politiciens africains les plus admirés sur la scène internationale

Economie et Politique

Côte d’Ivoire : Comment les concours de circonstances ont fait de Ouattara, un des politiciens africains les plus admirés sur la scène internationale

Destiné à une carrière toute tracée d’économiste, le Président Alassane Ouattara va se révéler, au fil des années, un fin et stratège politicien qui saura susciter et même forcer le respect et l’admiration non seulement chez lui mais également à l’international. 

Économiste de carrière, Alassane Ouattara est de ceux dont on peut dire qu’ils ont eu leur voie toute tracée avant même d’achever leur cursus, d’autant qu’après le Baccalauréat, il décrocha une bourse internationale qui le mena à la Penn de Philadelphie (UPENN), aux États-Unis d’où il sorti avec un Master en Économie, à la suite duquel il obtint immédiatement un stage au Fonds monétaire international (FMI) avant d’y revenir en tant que Directeur Général Adjoint. 

Mais, entre-temps, il eut le temps de faire ses armes à la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), comme Gouverneur de cette prestigieuse institution financière africaine. 

C’est muni de cette riche expérience et expertise que les institutions de Bretton Woods n’hésitèrent pas à le proposer à la Côte d’Ivoire au moment où elle avait urgemment besoin d’un économiste pour redresser sa situation économiste désastreuse, en 19902. 

Alassane Ouattara, filleul de Félix Houphouët-Boigny

Pour autant, le considérant comme son filleul, Félix Houphouët-Boigny l’initia peu à peu aux arcanes de la politique et du pouvoir d’Etat, lui qui est rompu aux affaires politiques tant africaines qu’internationales, pour avoir œuvré aux côtés du Général de Gaulle des années durant.  

Sans revenir sur tout son parcours politique et les tribulations qu’il dut subir pour la reconnaissance de son « ivoirité », il est intéressant de noter que ces trois (3) années qu’il aura passées auprès du Père Fondateur, ont suffi à l’aider à avoir la pratique et le doigté nécessaires pour nourrir de grandes ambitions politiques pour la Côte d’Ivoire, sans même mentionner « l’onction politique » que ce dernier lui a octroyée en le prenant sous ses ailes.

A la disparition du Père Fondateur et suite aux déconvenues politiques avec le Président de l’Assemblée Nationale d’alors, Henri Konan Bédié, il se sépara du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et contribua à mettre sur pied une formation politique, le Rassemblement des Républicains (RDR).

 Un homme de rassemblement et de paix

Plus tard, en 2010, en pleine crise politico-militaire, étant devenu président du RDR, suite au décès de Djéni Kobina, il forma le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), une alliance avec les trois (3) autres partis de l’opposition, en vue de la course à la présidence ; ce qui lui permet effectivement de remporter cette échéance, au second tour contre le président en exercice, Laurent Gbagbo, mais celui-ci « refuse d’accepter les résultats des urnes », avant finalement d’être mis aux arrêts, le 11 avril 2011, par les Forces armées pro-Ouattara ou FRCI aidées de l’armée française. 

Eu égard aux circonstances tumultueuses de son accession au pouvoir, il comprit que s’il voulait parvenir à une paix durable, il fallait commencer par réconcilier les Ivoiriens. C’est ce qu’il fit à travers la création de la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR).

Par ailleurs, ayant compris que la plupart des crises survenues en Côte d’Ivoire sont d’origine ethnico-politique, il entreprit, quelques années plus tard, de mettre en place une des forces politiques les plus éminentes qui ait jamais existé, le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (abrégé en RHDP). 

Source d’inspiration intarissable pour la jeunesse

Enfin, il lui fallut créer le consentement et faire l’unanimité autour de sa personne, dans le double but de réconcilier le peuple et préserver la paix sociale et de pouvoir déployer sa vision qui consiste en la mise en place de vastes réformes économiques et structurelles. C’est ce qu’il fit justement par le lancement de phrases fortes qui incitent à l’action comme « La Côte d’Ivoire émergente à l’horizon 2020 » ou « l’Ivoirien nouveau ». 

Comme on le voit, si Alassane Ouattara n’était pas destiné à la politique, de par sa formation et ses expériences professionnelles, encore que pour devenir politicien, on n’a pas besoin d’une formation particulière, les concours de circonstances ont fait de lui un des plus grands stratèges et politiciens africains les plus avisés, les plus respectés et les plus admirés sur la scène internationale.

On aura compris que son apprentissage du pouvoir, façonné par l’héritage du Père fondateur, qui ne l’a jamais quitté, constitue un « héritage incommensurable pour les nouvelles générations et une source d’inspiration intarissable pour la jeunesse ». 

Dr OUSSOU Kouamé Rémi

Enseignant-chercheur à l’Université Alassane Ouattara-Bouaké

Expert en développement professionnel

Plus dans Economie et Politique

#