Suivez sur
#
Augmentation des factures d'électricité en Côte d'Ivoire : Les explications bizarres du ministre Amadou Coulibaly, porte-parole du gouvernement

Economie et Politique

Augmentation des factures d’électricité en Côte d’Ivoire : Les explications bizarres du ministre Amadou Coulibaly, porte-parole du gouvernement

Le porte-parole du gouvernement, Amadou Coulibaly, a assuré que les prochaines factures d’électricité devraient connaître une baisse, le mercredi 8 mai 2024, lors de la conférence de presse d’après le conseil des ministres.

Pour le gouvernement ivoirien, il faut apporter des solutions pour sauver un secteur dont les pertes d’exploitation ont atteint 127 milliards FCFA en 2023. « La perception de l’augmentation de 10% sur les factures donne le sentiment que l’augmentation est supérieure à 10%. C’est juste une perception. Le mois de mars est le mois où nous avons un pic de chaleur qui entraîne un pic de la consommation d’électricité. Les factures qui viennent donc en avril et mai sont toujours plus élevées.  Par contre au mois de septembre, nous avons une baisse parce qu’il fait moins chaud », a expliqué Amadou Coulibaly.

Avant d’ajouter : « Partout dans le monde, on s’accorde à dire que cette année, il n’a jamais fait aussi chaud. Parce qu’en période de chaleur, nos appareils électro-ménagers souffrent. Ils fournissent plus d’efforts. Il y a une demande en énergie qui est plus élevée. Qu’il y ait eu une augmentation de 10% ou pas, de toutes les façons, il y aurait une augmentation des factures », a-t-il insisté.

Rappelant qu’en Afrique de l’ouest, la Côte d’Ivoire est « le pays où l’électricité est la moins chère possible », le porte-parole du gouvernement a invité les Ivoiriens à «changer leurs habitudes de consommation ».

Selon lui, les ménages connectés aux compteurs de 5A, ont connu sur les récentes factures, « une augmentation de consommation d’environ 16% ajoutés aux 10%, cela fait 26%. Ceux qui ont des compteurs de 10 ampères et plus, ont eu une augmentation de consommation qui tourne autour de 36 à 40%. Ajoutés aux 10% cela donne 46 à 50% d’augmentation ».

Charles Béni

Plus dans Economie et Politique

#