Suivez sur
#
Attaques contre le RHDP, Nzi Bernard Kokora rafraîchit la mémoire à Affi N'Guessan: "Il devrait être reconnaissant envers le président Ouattara"

Economie et Politique

Attaques contre le RHDP, Nzi Bernard Kokora rafraîchit la mémoire à Affi N’Guessan: « Il devrait être reconnaissant envers le président Ouattara »

Le président du Front Populaire Ivoirien (FPI) a tenu une conférence de presse pour s’exprimer sur les sujets brûlants de l’actualité politique. Dans un discours inflammatoire, il a vivement critiqué le parti au pouvoir avec lequel il entretient un accord de partenariat signé le 2 mai 2023. Bien que Affi Nguessan ait le droit de donner son point de vue sur la conduite des affaires par le régime RHDP, il est inconcevable qu’il viole les bonnes règles qui régissent les relations entre des partenaires pour se livrer à un exercice solitaire de jugement du bilan d’une action commune.

Le conférencier a estimé que Laurent Gbagbo a été innocenté par la cour pénale internationale et qu’il est donc blanchi de tout crime dans la crise qui l’a opposé au président Alassane Ouattara vainqueur des élections présidentielles de 2010. Pour lui, quelque chose doit être fait pour Gbagbo et Blé Goude afin de « crever l’abcès » et aller à la réconciliation.

Cependant, il est bon de rappeler à Affi Nguessan que c’est sous sa magistère de premier ministre de Côte d’Ivoire que le général Robert Guei et sa femme ont été froidement assassinés sans qu’aucune enquête ne soit déclenchée pour rechercher les criminels. Il est donc mal placé pour donner des leçons de morale à quelqu’un dans ce pays.

Affi Nguessan a le droit de faire des clins d’œil à Gbagbo, car visiblement il est perdu dans les méandres de la politique ivoirienne depuis son échec cuisant aux élections du 2 septembre 2023. Mais il est immoral de vouloir tronquer l’histoire récente de notre pays, car nos mémoires sont encore très fraîches pour ne pas laisser le mensonge passer sans une réaction appropriée.

La tentative de blanchiment de l’histoire

Affi Nguessan devrait être reconnaissant envers le président Alassane Ouattara qui a tout mis en œuvre pour sauver la vie de Gbagbo et de sa famille le 11 avril 2011. Si la situation inverse s’était produite, est-ce que Affi peut regarder sa foi (je suppose qu’il en a) en Dieu et dire que Ouattara et les siens auraient eu la grâce d’être toujours en vie ?

A un moment donné, il faut que les ex-refondateurs fassent preuve de bonne foi afin de faciliter le processus de réconciliation nationale. La tentative de blanchiment de l’histoire récente des événements qui se sont déroulés dans notre pays ne favorise pas la guérison des meurtrissures profondes laissées par la crise due au refus de Gbagbo et son FPI de reconnaître la victoire démocratique de Ouattara en 2010.

Si Affi Nguessan est sincère dans sa quête permanente et obstinée de la réconciliation nationale, pourquoi ne commence-t-il pas à se rapprocher de Gbagbo qui a fait de lui son premier ministre ? Vous avez une famille politique en lambeaux, la rupture entre camarades est totale, mais c’est vous qui avez la trompette de la réconciliation à la bouche. C’est vraiment l’hôpital qui se moque de la charité.

Rendez-vous pour le dernier Samedi d’Octobre 2025 pour juger la force politique de chacun

Le jour où Gbagbo réunira autour de lui Simone, Affi, Blé, Mamadou Koulibaly, etc., les Ivoiriens vous prendront au sérieux lorsque vous parlerez de réconciliation. Car, un chef de famille qui est incapable de réunir ses enfants, de faire la paix avec eux et entre eux, est disqualifié pour réclamer la réconciliation dans le village (…) 

Au demeurant, Mr Affi Nguessan devrait se regarder dans le miroir et courageusement faire le bilan de son FPI qui a été créé longtemps avant la naissance du RHDP. Lorsqu’on a zéro commune, zéro région dans son escarcelle , on doit se garder de faire du bruit. Mr Affi Nguessan devrait faire le choix de préserver le peu d’énergie qui lui reste pour travailler à réveiller son FPI qui est dans une mort cérébrale que de chercher à savoir si le RHDP a peur ou non. 

Prenons tous rendez-vous pour le dernier Samedi d’Octobre 2025 pour juger la force politique de chacun et laissons de côté les récitations sur qui a peur ou qui est serein. Car, il y a un adage qui dit: « La danse qui va chez le chef du village, son enfant ne tire pas son coup pour regarder ».

Nzi Bernard Kokora, Secrétaire National Adjoint des militants du  RHDP Amérique du Nord

Plus dans Economie et Politique

#