Suivez sur
#
Transition écologique : Les membres du Comité national de pilotage en conclave à Agboville

Environnement

Transition écologique : Les membres du Comité national de pilotage en conclave à Agboville

En vue de dresser le bilan 2023 du projet dénommé : « La dimension sociale de la transition écologique » et faire des projections sur l’année en cours et au-delà, il s’est tenu du 15 au 16 février 2024, un atelier à Agboville. Une initiative de l’OIT (Organisation internationale du travail) à Abidjan, en partenariat avec le gouvernement français.

Porté par le Comité national de pilotage(CNP) pour assurer l’engagement des constituants tripartites, ainsi que pour donner une orientation stratégique à la mise en œuvre du projet en Côte d’Ivoire, il se déroule aussi au Nigeria et au Sénégal.
L’objectif du projet est de mobiliser les gouvernements, les organisations de travailleurs et d’employeurs et les partenaires au développement, à accélérer l’action climatique grâce au travail décent et à la transition juste pour tous.

Prenant la parole, Kambalé Kavunga, représentant la directrice du bureau pays de l’OIT, Ndeye Coumba Diop a souligné que la lutte contre le changement climatique requiert l’introduction de transformations économiques, sociales et environnementales majeures.

« Cependant, nous ne devons pas négliger les profondes implications qu’une telle transformation aura sur les entreprises, les travailleurs et les communautés. Il y a un besoin urgent de formation, de recyclage et de renforcement des capacités afin de booster l’innovation et la création d’emplois verts. Il est aussi primordial de mettre en place des systèmes de protection sociale qui vont de pair avec les politiques de lutte contre le changement climatique pour garantir que personne ne soit laissé pour compte », a-t-il insisté, en présence de Choho Thomas, premier adjoint au maire d’Agboville.

« C’est pourquoi, l’OIT travaille en étroite collaboration avec le gouvernement et les partenaires sociaux pour créer un cadre favorable à la promotion des emplois verts et à la transition juste en Côte d’Ivoire », a ajouté le spécialiste Programme au bureau pays de l’OIT. Poursuivant, il a égrené les acquis de cette collaboration.

Il s’agit entre autres de :

·        la mise sur pied d’un Comité national de pilotage pour assurer l’engagement des constituants tripartites, ainsi que pour donner une orientation stratégique à la mise en œuvre du projet au niveau national ;

·        la signature d’un accord de partenariat entre l’OIT et l’Université Nangui Abrogoua d’Abidjan pour servir de cadre de développement des activités de formation, de développement des connaissances et de recherche en lien avec le réseau GAIN;

·        le développement de la stratégie intégrée de promotion des emplois verts avec un programme de mise en œuvre et une stratégie de mobilisation des ressources pour la mise en œuvre de ladite stratégie et ;

·        la mise en place d’un modèle d’évaluation des emplois verts (GJAM) pour la Côte d’Ivoire.

« Je souhaite que les conclusions des travaux de cette rencontre puissent prendre en compte les véritables priorités nationales afin de contribuer au développement économique inclusif et durable de la Côte d’Ivoire et de la sous-région », Kambalé Kavunga.

Ouvrant l’atelier bilan et perspectives du Comité national de pilotage, le secrétaire général 2 de la préfecture d’Agboville, Séka Fidèle s’est félicité de la mise œuvre du projet « La dimension sociale de la transition écologique ». 

Puis, il a indiqué qu’il s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le changement climatique de 2015 et l’Agenda 2023 pour le développement durable. 

« Le projet vise à rendre possible une transition écologique juste en Côte d’Ivoire, au Nigéria et au Sénégal par une meilleure compréhension de la nature et de l’impact des changements climatiques sur l’emploi et les revenus. 

Il a toute sa place dans notre pays dont l’un des défis majeurs est de consolider son dynamisme économique, avec un régime de croissance inclusive, par la création d’emplois productifs, écologiquement durables et décents, en nombre suffisant, pour endiguer le chômage, le sous-emploi et les effets néfastes du changement climatique », a fait savoir le représentant du préfet de région, préfet du département d’Agboville, Sihindou Coulibaly. 

Heureux de cette dynamique, Séka Fidèle a encouragé les participants à la bonne tenue des travaux durant ces deux jours. 

« Face aux défis liées à la transition bas-carbone, je reste persuadé qu’avec la synergie d’actions de tous les acteurs ici présents et avec l’appui de l’OIT, nous pourrons relever le défi d’une transition juste vers des économies et une société écologiquement durable pour une Côte d’Ivoire encore plus solidaire (…)

Je sais enfin pouvoir compter sur votre engagement et votre détermination à travailler sans relâche pour l’atteinte des objectifs du projet et des missions à vous assignées », a-t-il confié.

Tizié TO Bi

Correspondant régional

Plus dans Environnement

#