Suivez sur
#

Culture et société

Taxis à crédit, tirs d’arme à feu sur un souscripteur: Le PDG de KDS s’explique et accuse

La Société KDS a, au cours d’une conférence de presse tenue le mardi 17 octobre 2023 dans ses locaux à Cocody, donné sa version dans l’affaire qui a fait le tour de la toile concernant l’utilisation d’armes à feu contre un souscripteur.

<< Le jeudi 12 octobre 2023, alors que nous nous apprêtions à descendre des bureaux à 22 h, la sécurité de la société a été prise à partie par un groupe de souscripteurs  accompagnés d’infiltrés aux intentions préméditées et malsaines. L’un des policiers a reçu plusieurs coups venant de ces individus qui voulaient même lui arracher son arme. C’est ainsi que le policier en question a fait trois coups de sommation à terre, dans l’optique de dissuader les agresseurs qui étaient déterminés à en découdre avec lui>>, a fait savoir le PDG de KDS, Séverin Koffo Doga.

<< En clair, l’homme blessé sur la vidéo, a reçu des éclats de carreaux qui ont occasionné sa blessure. Il n’a pas été atteint par une balle comme l’a confirmé le rapport du médecin>> , a précisé le patron de KDS.

Poursuivant, monsieur KOFFO a rassuré tous les souscripteurs quant à sa volonté de poursuivre les paiements et sortir définitivement de cette crise.

<< Nous sommes dans une logique de continuer les paiements conformément à la planification financière que nous avons mise en place et qui a pour objectif de nous sortir de la crise (…) Le problème actuellement, c’est qu’il y a un groupe de souscripteurs insignifiants qui balaient du revers de la main cette planification et créent le désordre>>, a t-il déclaré.

KDS est un Holding qui exerce dans le domaine du transport, du commerce général, de l’agro-pastoral, de l’immobilier, des finances et du Négoce.

La société traverse une crise ouverte avec les usagers ayant souscrit à un plan d’épargne sous forme d’acquisition de taxi à crédit.

Cette crise a débuté suite à une directive de la Direction générale du Trésor public de Côte d’Ivoire datant de mai 2023.

Les autorités ivoiriennes soupçonnent l’opérateur économique et plusieurs autres dont Sautoc de contourner la loi sur la mobilisation de fonds privés, une activité strictement soumise à un agrément. 

Ces nouvelles maisons de gestion de flotte dans le transport routier à Abidjan, sont aussi accusées de fonctionner sans business plan qui garantit le remboursement aux souscripteurs. 

Nicaise Boli

Plus dans Culture et société

#