Suivez sur
#

Economie et Politique

Sanctions contre des cadres du parti : « Le RHDP disparaîtra après Ouattara si… »

Le RHDP vient de sanctionner ses cadres et militants de base qui n’ont pas respecté les décisions de la hiérarchie au sein du parti lors des élections locales et régionales auxquelles ils se sont présentés candidats contre ceux désignés par le parti. Certains sont désormais, suspendus, déchus, blâmés, ou exclus de leurs fonctions.

En effet, ces prises de positions unilatérales qui sont loin de faire l’unanimité au sein du parti, risquent de fragiliser de plus en plus son ancrage au sein de ses bastions électoraux. Certes le parti est aujourd’hui grand et fort grâce au leadership de son président, il n’en demeure pas moins qu’il risque de se fragiliser après lui. 

Bien que la discipline soit le corridor de l’unité, la cohésion et la réussite d’une organisation collective, elle se doit de respecter l’équité, la légitimité et l’impartialité qui sont par ailleurs des valeurs et principes de la démocratie, qui n’est autre que le pouvoir de la majorité. 

Une minorité de dirigeants ou hauts cadres ne peuvent pas décider sans tenir compte de l’avis de la majorité. Imposer un choix électoral à la majorité en brandissant l’épée de Damoclès au dessus de la tête de tous ceux qui y font front, c’est se tirer une balle dans le pied.

Tirer les leçons de la situation qui prevaut afin de trouver des solutions idoines

Le RHDP devrait tirer les leçons de la situation qui prevaut afin de trouver des solutions idoines qui feraient l’unanimité face aux velléités des élections au lieu de sanctionner à vau-l’eau. 

Il faut noter que tous ces candidats frondeurs ont tous un électorat minimal ou maximal soit-il qui comptera d’un moment à l’autre dans le processus démocratique intérieur du parti voire national ultérieurement. 

Partout dans le monde, dans toutes les grandes démocraties, tous les grands partis ont un bastion électoral. Nul n’ignore que le nord de la Côte d’Ivoire est le bastion imprenable du RHDP. 

La majorité des candidats et de l’électorat du septentrion ivoirien aux différentes élections est d’obédience RHDP. Il n’y a donc pratiquement pas d’enjeux électoraux. Alors il serait de bon aloi de laisser les électeurs choisir leurs candidats librement au lieu de leur imposer des choix qui sont les vôtres empreints de copinage sans un critère réel démocratique prédéfini. 

N’est-ce pas cette frustration qui a vu naître le RDR des entrailles du PDCI-RDA après la mort de son Président fondateur Felix Houphouët BOIGNY ? 

Faire sa mue et s’adapter aux exigences d’un monde politique en perpétuel changement

Ces militants de bases et cadres appelés frondeurs ou indisciplinés seront courtisés voire anoblis lorsqu’arrivera la course à la succession du Président OUATTARA par les mêmes hauts cadres qui tiennent aujourd’hui des mains de fer les rênes du parti.

Oui bien entendu, les critères de choix des candidats aux elections législatives peuvent prendre en compte la qualité et la pertinence intellectuelles des aspirants au poste, car cette institution est substantiellement le temple d’étude des lois qui sont censées améliorer la vie des compatriotes et l’essor de la République. 

La complexité et la particularité de la mise en évidence de l’étude des lois nécessitent un niveau intellectuel conséquent contrairement aux élus communaux et régionaux qui incarnent singulièrement le développement local.

Le RHDP aujourd’hui plus que jamais, est appelé à faire sa mue, à s’adapter aux exigences d’un monde politique en perpétuel changement et à mener à terme, de manière résolue et déterminée, le processus de réformes en cours voulu par le Président Alassane OUATTARA qui priorise et donne une large écoute de la base militante. Faute de quoi, le RHDP disparaîtra après son Président. 

 Par Idriss DAGNOGO, Cadre du RHDP France

Plus dans Economie et Politique

#