Suivez sur
#
Réseaux sociaux: Comment une vidéo obscène a conduit l'influenceur Observateur Ebène en prison

Droits de l’Homme 

Réseaux sociaux: Comment une vidéo obscène a conduit l’influenceur Observateur Ebène en prison

L’influenceur ivoirien, Observateur Ebène, est actuellement dans de beaux draps. Selon un post de la Plateforme de lutte contre la Cybercriminalité (PLCC), le blogueur a été mis aux arrêts après avoir tenu des propos mensongers à l’endroit d’une dame.

« Dame ZXP a découvert sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle elle est traitée de « pute et de pétasse ». L’auteur de la vidéo affirme également avoir eu des rapports sexuels avec elle. Face à cette situation mensongère qui ternit son image et vu la gravité des propos mensongers tenus à son encontre, ZXP décide de saisir la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC) pour une plainte. 

Les investigations menées par la PLCC et le Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN) ont conduit à la convocation du sieur AKF dans les locaux de la PLCC. Lors de son audition, il reconnaît être l’auteur de la vidéo incriminée. Il affirme ne pas connaître personnellement ZXP et n’avoir jamais eu de rapport intime avec elle. Une enquête de la PLCC sur les comptes réseaux sociaux du sieur AKF a révélé qu’il est coutumier du fait, même si peu de ses victimes, personnes publiques, portent plainte. 

L’objectif du suspect étant de s’attirer plus de vue et donc plus d’argent au mépris de la dignité et de l’honorabilité des autres», mentionne la PLCC qui informe qu’Observateur a « été conduit au parquet pour injures, diffamation, atteinte à l’honneur et à l’image, par le biais d’un système d’information». 

Réaction de son avocat

Aussi, selon la PLCC, Observateur «est également visé par une infraction de refus d’obtempérer». Mais l’avocat du mis en cause, dit s’inquièter des conditions de détention de son client. 

« Kouakou AMANY, alias Observateur Ébène, était convoqué en vue d’une « audition » au commissariat d’Abidjan, lundi 15 avril 2024 à 10h pour un chef d’accusation qui, pour le moins, souffre d’équivoque, à savoir la publication une vidéo humoristique. À l’issue de sa garde à vue, le Procureur de la République a décidé de le mettre en détention provisoire en vertu d’une procédure injuste, abusive et attentatoire à sa liberté», indique l’avocat.

Qui ajoute que «  Cette procédure est illégale tant celle-ci demeure réservée, selon le Code de procédure pénale ivoirien, au « crime ou délit qui est en train de se commettre, ou qui vient de se commettre». Or, la vidéo litigieuse, en plus d’avoir été tronquée, a été publiée en octobre soit donc plus de six mois avant ».

Pour Me Aurane REIHANIAN, « cette instruction ne viserait qu’à intimider et ainsi intenter à la liberté d’expression de M. Observateur Ébène qui est aujourd’hui l’un des créateurs de contenus le plus suivi en Afrique et dont les vidéos, abondamment relayées sur les réseaux sociaux, peuvent sans doute déranger… ».

Lemeridien

Plus dans Droits de l’Homme 

#