Suivez sur
#
PREMU: Une Ong lance une campagne d’appropriation des ouvrages hydrauliques construits dans l’Agnéby-Tiassa

Culture et société

PREMU: Une Ong lance une campagne d’appropriation des ouvrages hydrauliques construits dans l’Agnéby-Tiassa

En vue de favoriser la bonne gestion des infrastructures hydrauliques construites par le gouvernement ivoirien avec l’apport de la Banque mondiale dans la région de l’Agnéby-Tiassa, l’ONG OHCI (Orphan’s hope Côte d’Ivoire) a animé, le jeudi 07 mars 2024 à Agboville, une séance d’information et de sensibilisation à l’intention des populations.

« L’État de Côte d’Ivoire a compris que le développement de la qualité de la vie que nous devons avoir, doit passer aussi par la qualité de l’eau que nous consommons. Dans toute l’Agnéby-Tiassa, c’est près de 50 milliards de francs cfa qui ont été investis et qui ont permis de construire des ouvrages neufs. Mieux, de renforcer les capacités de stations de traitement d’eau, de construction de stations de reprise, de châteaux d’eau avec près de 1000 km de canalisation dans toute la région afin que l’eau arrive partout dans les domiciles. C’est pourquoi, vous devez nous aider à vous aider. Je sais pouvoir compter sur vous », a rappelé le préfet de région, Sihindou Coulibaly, lors du lancement officiel de la campagne d’appropriation par les populations des ouvrages hydrauliques construits dans le cadre du PREMU (Projet de renforcement de l’alimentation en eau potable des ménages en milieu urbain) dans l’Agnéby-Tiassa.

Le président du conseil d’administration de l’Ong OHCI, Cerry Olivier, pour sa part, a donné le sens de la campagne. « Le PREMU continue et nous venons maintenant à travers la campagne, faire le suivi c’est-à-dire de voir ce qui a été fait réellement par le gouvernement et par ceux qu’il a mandaté. Il y a trois grandes composantes concernant la campagne. La première est de vérifier la fonctionnalité des ouvrages qui ont été construits parce qu’il y a ce qu’on dit et ce qui est. Alors, l’ong va travailler sur les zones d’Agboville, Tiassalé, N’Zianouan, Sikensi et N’Douci. C’est ça le volet technique qui a déjà démarré. Nous avons des équipes qui sillonnent toutes les réalisations qui ont été faites dans le cadre du PREMU afin de voir à quel niveau d’exécution nous en sommes », a-t-il détaillé.

La deuxième composante, selon Cerry Olivier, est plutôt sociologique car elle prend en compte l’impact des réalisations sur les populations. « Avec les résultats techniques et sociologiques, la troisième composante consistera pour nous à mettre un plan de communication que nous allons développer dans les zones concernées. Les populations seront à l’honneur dans ce plan de communication. Car, ce sont elles qui détermineront comment gérer les ouvrages. Nous voulons mettre en place une nouvelle organisation qui va nous permettre d’aller plus vite dans la gestion rationnelle de l’eau », a-t-il assuré.

Pour rappel, le département d’Agboville a bénéficié de 2082 branchements sociaux de 2020-2022 lors de la première phase du PREMU. Saisissant l’occasion, Yatassaye Moctar, chargé des opérations à la direction des branchements sociaux de l’Office national de l’eau potable(ONEP) est revenu sur l’objectif du PREMU.

« Le PREMU a pour objectif de permettre aux populations vulnérables d’avoir accès à l’eau potable à moindre coût c’est-à-dire à 10.000 FCFA au lieu de 170.000 FCFA, le branchement ordinaire. À terme, pour le PREMU 2, nous comptons avoir 3000 branchements sociaux dans les 24 villages et 17 quartiers d’Agboville. Le projet a démarré en novembre 2023 et prend fin en avril 2024. À la fin février, il y a un véritable engouement des populations. Nous avons 2646 enrôlés pour 800 éligibles après plus 2 mois d’activités », a révélé le superviseur de la zone d’Agboville.

Ont pris part à la rencontre, le directeur régional de l’Hydraulique, de l’Assainissement et de la Salubrité, Yapi Jérome, des chefs de villages, de communautés et de quartiers, ainsi que des FDS (Forces de défense et de sécurité).

Tizié TO Bi

Correspondant régional

Plus dans Culture et société

#