Suivez sur
#
Meman André Narcisse, maire de Bin-houyé: "Notre vision première est de doter notre commune de ressources humaines de qualité"

Culture et société

Meman André Narcisse, maire de Bin-houyé: « Notre vision première est de doter notre commune de ressources humaines de qualité »

Le maire de la commune de Bin-houyé, Meman André Narcisse, et plusieurs conseillers municipaux ont diligenté une visite guidée le Vendredi 22 Décembre 2023 sur 14 chantiers en cours de réalisation, pour s’assurer du bon avancement des travaux.

Faire de Bin-houyé un pôle attractif, le maire   Meman André Narcisse y travaille d’arrache-pied depuis ces deux dernières années. Réélu maire pour un second mandat, Meman André Narcisse s’impose en bâtisseur dans sa circonscription située à quelques longueurs du Libéria voisin. 

La visite a débuté par le chantier du complexe culturel qui, selon le maire, sera bâti en R+1 comprenant un mini musée, une salle de spectacle, deux salles de réunion, une salle multimédia et une bibliothèque. 

« D’un coût estimatif de 80 millions FCFA, ce projet entamé depuis 2023, finira bientôt en 2024. Il me tient particulièrement à cœur pour le bonheur de nos jeunes, nos enfants qui ont besoin d’apprendre beaucoup de notre culture et de l’école », a-t-il indiqué. 

50 millions FCFA pour le mini château d’eau de Katouo

Le site de la gendarmerie a été également visité. « Construit en 1998, le site de la gendarmerie de Bin-houyé a été occupé par l’ONUCI avant d’être abandonné du fait de la guerre en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui il est question de réhabiliter le bâtiment, en pleine forêt. Le site est destiné à une caserne de gendarmerie. Nous constatons l’état d’avancement des travaux. Ce qui nous réjouit fortement »  a-t-il déclaré. 

Après quoi la procession a pris la route du Centre de protection de la petite enfance où une clôture est en train d’être faite pour sécuriser les tout-petits.

Hors de la ville, l’œuvre présentée dans le village de Katouo par le maire de Bin-houyé est une pompe hydraulique améliorée (petit château d’eau). D’un coût de 50 millions FCFA, le mini château d’eau de Katouo est un projet pilote qui, selon le maire, s’étendra sur le reste des 20 autres villages de la commune.

« L’action de la municipalité vise à atteindre Zéro école en paillote d’ici 2025 »

Dame Doka Munleu Christiane, fille de Katouo se réjouit d’une telle initiative. « Ce château d’eau vient résoudre les difficultés liées au manque d’eau ici. La seule pompe n’arrivait plus à satisfaire les ménages. Aller en brousse nous donne des maladies. Le maire vient nous soulager. Nous en sommes reconnaissants. » a-t-elle confié.

Au niveau de l’éducation, le maire Meman André Narcisse dit être en guerre contre les écoles en paillote. « L’action de la municipalité vise à atteindre Zéro école en paillote d’ici 2025. Nous travaillons à l’amélioration des conditions de travail des enseignants et des élèves de notre circonscription », a-t-il rassuré. 

L’action du conseil municipal part de la construction d’une cantine au groupe scolaire 1 de la ville, la réhabilitation de bâtiments notamment à Gontepleu, à la construction de salles de classe répondant aux normes de l’éducation nationale. 

L’engagement du maire Meman André Narcisse

Les villages de Zoleu et Guéhiossieupleu ont pu bénéficier d’une construction de 3 salles de classe et bureau du directeur chacun. A Diehipleu, la mairie de Bin-houyé a réhabilité le marché couvert.

Globalement à 70% de réalisation, les chantiers visités démontrent l’engagement du maire Meman André Narcisse à sortir sa commune du sous-développement.

 « Cette visite de chantiers permet de jauger l’engagement pris auprès des populations à savoir doter notre commune d’infrastructures indispensables pour les populations. L’équipe municipale est satisfaite de ce que les opérateurs désignés ont pu réaliser. Au total, ce sont 14 projets estimés à 450 millions FCFA répartis dans les domaines de l’éducation-formation, des infrastructures à caractère économique et de la voirie », a-t-il précise.

Il a indiqué les difficultés rencontrées par sa municipalé : « Notre vision première est de doter notre commune de ressources humaines de qualité. Elle nous emmène à envisager l’option un village une école quand bien même nous restons tributaires de l’apport de l’État du fait de nos recettes faibles. Cet handicap nous contraint à solliciter des ONG, des personnes morales et des bonnes volontés pour nous accompagner sur la route de notre développement. »

Une correspondance de Sony WAGONDA

Plus dans Culture et société

#