Suivez sur
#

Culture et société

Les « Savoir-faire traditionnels liés au tissage du pagne en Côte d’Ivoire » inscrits au Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité

Les « Savoir-faire traditionnels liés au tissage du pagne en Côte d’Ivoire » ont été inscrits sur la Liste Représentative du Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité lors de la 18ème session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du Patrimoine culturel immatériel à Kasane au Botswana du 4 au 9 décembre 2023.

Il s’agit de la quatrième inscription d’éléments du patrimoine culturel immatériel de l’État de Côte d’Ivoire sur cette Liste, après le Gbofé d’Afounkaha, musique des trompes traversières de la communauté Tagbana (2008), les pratiques et expressions culturelles liées au balafon des communautés sénoufo du Mali, du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire (2012), et le Zaouli, musique et danse populaires des communautés Gouro de Côte d’Ivoire (2017).

Cette inscription est le résultat de l’excellent travail fait par les experts du Ministère de la Culture et de la Francophonie avec le concours de la Délégation Permanente de la Côte d’Ivoire auprès de l’UNESCO. 

Ainsi, au nom de la Côte d’Ivoire, État partie à la Convention 2003 de l’UNESCO et des communautés concernées, S. E. Mme Bakayoko-Ly Ramata, Ambassadeur, Déléguée permanente de la Côte d’Ivoire auprès de l’UNESCO, a remercié les membres dudit Comité suite à cette inscription.

L’Ambassadeur a salué la détermination de la Ministre de la Culture et de la Francophonie, Madame Françoise Remarck, à mettre en œuvre la politique de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel ivoirien ainsi que le dévouement des communautés locales qui travaillent à maintenir vivants ces savoir-faire.

Celles-ci, très sensibles à cet hommage qui leur est ainsi rendu, ont tenu à exprimer leur reconnaissance aux membres du comité.

Madame l’Ambassadeur a ainsi rassuré le Comité de l’engagement de l’État de Côte d’Ivoire et des communautés détentrices de ces savoir-faire, à mettre en œuvre les mesures de sauvegarde consignées dans le dossier transmis à l’UNESCO. 

Junior Ouattara

Plus dans Culture et société

#