Suivez sur
#
La Côte d'Ivoire à un pas de remporter sa 3ème CAN: Pourquoi l'espoir est permis

Sports

La Côte d’Ivoire à un pas de remporter sa 3ème CAN: Pourquoi l’espoir est permis

C’est dimanche 11 fevrier, l’apothéose de la Coupe d’Afrique des (CAN). En effet, la finale de la prestigieuse compétition africaine opposera la Côte d’Ivoire, pays hôte de cette 34ème édition, au Nigéria; déjouant ainsi tous les pronostics, même les plus fous, du moins pour ce qui est de la Côte d’Ivoire. Qui l’aurait cru ? 

Avec des prestations chaotiques en phase de poule, se soldant par deux (2) défaites coup sur coup, face au Nigéria et à la Guinée Équatoriale, au point d’être repêchée, sur le fil, pour les 1/8, le moins qu’on puisse dire, c’est que les garçons reviennent vraiment de très loin.

Pourtant, depuis lors, les Éléphants ont remporté tous leurs matchs haut la main, au point d’être en finale aujourd’hui. Quelles leçons pourrions-nous tirer de cette performance exceptionnelle?

Loin de tout mettre sur le compte de la chance ou des forces occultes, comme on aime le croire, il faut saluer les divers efforts soutenus de tous les Ivoiriens, à quel que niveau que ce soit. 

Plutôt que de louer les exploits de tel ou tel, il faut voir dans cette réussite la conjugaison d’efforts collectifs car ce ne sont pas seulement 11 joueurs qui sont engagés dans cette compétition mais tout un pays, voire toute une nation, qui a su créer les conditions nécessaires pour que cette CAN soit la plus belle et la plus réussie possible. 

« Il ne reste plus au public que de pousser nos garçons jusqu’à la victoire qui est à portée de main »

Aujourd’hui que la Côte d’Ivoire est juste à un pas de remporter sa 3ème CAN contre un pays qui l’a déjà battu en phase de poule, quel devrait être l’état mental des Éléphants? 

Sans revenir sur les circonstances de ce match où les Éléphants n’ont pas vraiment démérité sans mentionner qu’ils ont joué largement en-deçà de leur niveau standard, il faut dire que l’espoir est permis d’autant que les Éléphants ont déjà battu les « Green Eagles » et que, plus important, cette CAN, c’est chez nous et c’est notre CAN. 

Il ne reste plus au public que de pousser nos garçons jusqu’à la victoire qui est à portée de main. 

Oussou Kouamé Rémi 

Enseignant-chercheur à l’Université Alassane Ouattara-Bouaké et expert en développement professionnel

Plus dans Sports

#