Suivez sur
#
JIDF 2024 à Agboville : Le préfet de région, Sihindou Coulibaly exhorte les femmes à l’union

Femmes et Jeunesse

JIDF 2024 à Agboville : Le préfet de région, Sihindou Coulibaly exhorte les femmes à l’union

La commémoration de la 47e édition de la Journée internationale des de la femme(JIDF) à Agboville, s’est tenue, le vendredi 15 mars 2024, à la place de l’Allocodrôme, en présence du préfet de région, Sihindou Coulibaly. Une occasion toute trouvée pour les différentes associations féminines du département d’Agboville, à travers la voix de leur porte-parole, Kangabéga Lydie d’adresser leur gratitude aux autorités administratives et politiques pour l’immense travail abattu en vue de leur émancipation.

« Nous saluons les efforts des gouvernants pour ce qu’ils font en direction des femmes pour faire reculer la pauvreté. Oui, nos gouvernants ont compris que le progrès des femmes constitue un gain qui profite à tous. Nous le vivons au quotidien avec le ministre Dimba N’Gou Pierre, président du Conseil régional de l’Agnéby-Tiassa. Pour lui, investir en faveur des femmes au-delà d’être une nécessité, est un devoir humain qu’il s’impose. Grâce au financement de projets des femmes, à l’installation d’unités de transformation de manioc, la femme est entrain de renaitre de ses cendres comme le phœnix.

Nos remerciements vont également à l’endroit de monsieur le maire et du préfet du département d’Agboville, chef de l’exécutif dans la région. Nous n’oublierons pas monsieur Aka Effoly, directeur régional de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, pour toutes les initiatives posées en faveur des femmes. (…) Les femmes d’Agboville vous sont reconnaissantes », a-t-elle confié, avant d’inviter ses sœurs à persévérer dans la lutte pour l’égalité, l’autonomisation et contre les pires formes de violences basées sur le genre(VBG).

Proclamée par les Nations Unies en 1975, la Journée internationale des droits de la femme 2024 a pour thème national : « Agir ensemble pour l’égalité en Côte d’Ivoire : Éradiquer la pauvreté, renforcer les institutions, investir dans le futur de la femme ». Elle vise à célébrer les femmes dans toutes leurs compétences, à reconnaître et rendre plus visible leur mérite et leur place dans la société, ainsi que leurs contributions dans le processus de développement.

Représentant le maire de la commune d’Agboville, N’Cho Acho Albert, parrain de la célébration, Gnaly Patricia a appelé les femmes à s’approprier aussi de leurs devoirs. « Des droits, nous en avons à réclamer mais pour avoir des droits, nous nous devons d’accepter aussi nos devoirs. Parce que tout droit entraîne des devoirs. Le droit de vote implique le devoir de s’intéresser au débat politique et à l’organisation des élections. Le droit à l’égalité de salaire inclut le devoir du travail bien fait sans aucun favoritisme. Le droit d’être une élue inclut le devoir d’être honnête, franche, aux services des autres et d’être un modèle », a martelé la 3e adjointe au maire d’Agboville.

Pour sa part, le préfet de région, Sihindou Coulibaly, président de la cérémonie s’est félicité des efforts consentis par le gouvernement et les collectivités locales. « Tous les jours que Dieu fait, le gouvernement est au travail pour vous afin de faire en sorte que vous les femmes, vous nos mamans, vous puissiez être autonomes. Des fonds sont mis à votre disposition, notamment le FAFCI (Fonds d’appui aux femmes de Côte d’Ivoire) logé à la Coopec. Le gouvernement continuera toujours de vous accompagner mais, cela se fera si vous continuez d’être unies et mieux organisées. L’espace d’une fête doit nous permettre de comprendre qu’en nous organisant nous allons pouvoir aller à l’autorisation de la femme », a-t-il révélé, avant d’énumérer les nombreuses actions posées par le Conseil régional de l’Agnéby-Tiassa en faveur des femmes.

Puis, il les a exhortées à l’union. « Vous devez faire de telle sorte d’être unies, ensemble afin de lutter pour le respect de vos droits. Il n’est jamais trop tard pour s’unir. C’est pourquoi, je vous engage à dire : Non à la violence faite aux femmes, non à la mutilation génitale des femmes. Oui, à l’autonomisation des femmes, oui pour les femmes au travail, oui pour l’aide aux femmes », a conclu Sihindou Coulibaly.

L’autre temps fort de la célébration qui a débuté par un grand défilé, a été la remise d’attestation de reconnaissance à une vingtaine de personnes pour leur contribution à la promotion et à la protection des droits des de la femme dans la commune d’Agboville.

Tizié TO Bi

Correspondant régional

Plus dans Femmes et Jeunesse

#