Suivez sur
#

Culture et société

Inondations régulières sur la route Danané – Dougboueuleu: La population dénonce l’indolence du Conseil régional et de la mairie

La circulation sur la route Danané – Dougboueuleu, est régulièrement perturbée en  périodes d’abondance de pluie du fait de la rivière BAN qui sort de son lit et coupe la chaussée au niveau du quartier Cynthiapleu.

Les pluies diluviennes qui s’abattent sur plusieurs régions de la Côte d’Ivoire en ce moment, ont souvent fait d’énormes dégâts allant jusqu’à provoquer une montée rapide des eaux, l’érosion du sol, les glissements de terrain, les coulées de boue et même des pertes en vies humaines. 

Toute chose qui cause des désagréments aux populations. Les usagers de l’axe Danané – Dougboueuleu, ne diront pas le contraire. Les inondations, fréquentes depuis le début des grandes pluies à Danané, meublent l’actualité du moment. Elles sont causées par l’obstruction du pont de la rivière par des ordures certes mais principalement par la crue de la rivière BAN notamment. 

« Depuis toujours en période de pluies diluviennes, la rivière BAN déborde juste après le quartier Houphouëte-ville pour nous couper la route principale menant à Dougboueuleu. L’eau arrive jusqu’à nos salons dans les environs. Beaucoup d’entre nous sont souvent contraints de déménager quand l’eau vient à montrer », confie un riverain.

Sur les lieux, le spectacle est d’un autre âge. Des  agriculteurs venant des champs traversent baluchons sur la tête, l’eau au niveau du cou. Des jeunes plus ingénieux aident d’autres usagers à traverser dans des baignoires de douche. Déa Gonkanou François, chef de quartier Houphouëte-ville, est encore sous le choc de ce qui lui semble une indignation.

« Il est difficile de comprendre que les sujets du roi de Dougboueuleu risquent leurs vies juste pour se rendre en ville et que des élèves de Cynthiapleu meurent noyés chaque année parce que le Conseil régional du Tonkpi et la mairie n’arrivent pas à trouver des solutions à cette galère », a-t-il indiqué.

« Le pont ne laisse plus passer l’eau mais il le retient et l’étouffe. Ce qui explique le débordement sur la chaussée», ajoute le chef coutumier. 

Une correspondance de Sony WAGONDA

Plus dans Culture et société

#