Suivez sur
#
Ibrahima Cissé, Préfet de la région du Guémon: "Les personnes vulnérables ont besoin d'être encouragées dans leurs capacités d'agir"

Culture et société

Ibrahima Cissé, Préfet de la région du Guémon: « Les personnes vulnérables ont besoin d’être encouragées dans leurs capacités d’agir »

Ce mardi 27 février, aura lieu à l’esplanade de la Préfecture de Duekoue, la cérémonie de lancement des activités du projet préfectoral « Année 2024, dédiée aux personnes vulnérables « . Pour en savoir davantage sur l’ enjeu d’ un tel projet qui valorise les personnes vulnérables, nous avons joint M. Ibrahima Cissé, Préfet de la région du Guémon. Entretien…

Pourquoi une telle initiative ?

Cette initiative s’inscrit dans le prolongement de L’ ambitieux programme de développement du Président de la République SEM Alassane Ouattara à travers une  » CÔTE D’ IVOIRE SOLIDAIRE  » où chaque citoyen, quelle que soit sa condition sociale devient un acteur de développement épanoui, contribuant par son travail, à la création de richesse. C’est dans cette dynamique que nous avons décidé de consacrer l’année 2024 aux personnes vulnérables, du département de Duekoue, car me développement durable tant souhaité, ne sera véritable que par l’intégration sociale et économique de tous, y compris les groupes vulnérables. 

Selon nos sources, cette initiative est une grande première dans l’histoire de la Côte d’Ivoire. Est-ce parce que la région du Guémon a vécu le martyre durant la crise de militaro-politique de 2002 ?

Il est à noter que la situation des personnes vulnérables existait bel et bien avant la crise de 2002. Mais cette crise a eu pour impact de détériorer les conditions de vie de la population en général, et en particulièrement celles des personnes vulnérables, aggravant ainsi le taux de pauvreté et donc de vulnérabilité.

Cette année va consister en quoi exactement ?

Cette année va consister à honorer et à accompagner cette frange de la population, par des actions concrètes et à exhorter les populations à un changement de mentalité à l’endroit de ces personnes, pendant et en dehors des journées commémoratives officielles de l’année 2024. Il s’agira dans l’ensemble de combattre la discrimination et la stigmatisation, d’ identifier leurs besoins, afin de proposer un plan d’ action en vue de leur intégration ; d’ assurer l’encadrement et la réinsertion sociale des groupes vulnérables en collaboration avec les ministères et les organismes locaux concernés. 

Pensez-vous sincèrement que les personnes vulnérables ne sont pas suffisamment prises en considération au point de décréter une semaine spéciale pour elles ?

Pas du tout ! Nous savons tous les efforts mis en oeuvre par le Président Alassane Ouattara et l’ensemble du gouvernement par la mise en oeuvre effective de la CÔTE D’IVOIRE SOLIDAIRE. Le gouvernement fait ce qu’ il faut à travers la prise des textes et de mesures nécessaires pour protéger et garantir les besoins spécifiques des personnes vulnérables. La constitution ivoirienne tient  compte des personnes handicapées. Elle garantit en son article 33 : 

– la protection des personnes en situation de handicap contre toute forme d’ avilissement 

– Elle garantit également leurs droits dans les  domaines éducatif, médical et économique ainsi que dans les domaines du sport et des loisirs. Alors je ne pourrais prétendre qu’elles ne sont pas prises en compte !

L’ État fait sa part, mais mon initiative part du fait que la protection des personnes vulnérables est un devoir de solidarité nationale. Alors tout doit apporter sa pierre à ce projet qui, selon moi n’aura de sens que si tout le monde y prend une part active.

Au-delà de la symbolique, qu’est-ce qu’ il faudra retenir de cette année ?

Il faudra retenir de l’année 2024 qu’elle aura contribué ( je l’espère ) à l’amélioration des conditions de vie des personnes en situation de vulnérabilité du département de Duekoue en favorisant leur autonomisation sociale et économique par un changement de comportement et de regard des populations vers ces personnes et de ces personnes sur elles-mêmes. 

Les populations ont-elles été suffisamment sensibilisées pour cette initiative ?

La sensibilisation des populations à débuté depuis le samedi 09 septembre 2023 au cours de la commémoration de la Journée Nationale du Paralytique. Elle se poursuit et continuera tout au long de cette année 2024 et même dans les années à venir.

Qu’ attendez-vous du gouvernement ?

Au gouvernement, je veux d’ abord dire merci pour les efforts et mesures d’encadrement et solliciter par la même un appui pour la mise en oeuvre effective de ce projet dans le département de Duekoue.

Un mot pour conclure…

Les personnes vulnérables ont besoin d’être encouragées dans leur capacité d’agir. Il faut les pousser à montrer leurs potentialités, leur permettre de se déployer, de s’exprimer. La vulnérabilité dans laquelle certaines personnes peuvent se trouver, de manière momentanée ou définitive, ne devrait jamais les limiter dans la jouissance de leurs droits.

Junior Ouattara

Plus dans Culture et société

#