Suivez sur
#
Narcisse Nado, 3e Vice-Président du Conseil Régional du Gbokle: "Nous héritons d'une région où beaucoup restent à faire"

Culture et société

ENTRETIEN – Narcisse Nado, 3e Vice-Président du Conseil Régional du Gbokle: « Nous héritons d’une région où beaucoup restent à faire »

3e Vice Président du Conseil Régional du Gbokle, Narcisse Nado (NN) s’est confié au Meridien dans un entretien dans lequel, le collaborateur du président Kébé Mahamadou décline les priorités du Conseil régional en faveur des populations locales. Entretien. 

Quels sont les chantiers entamés et les priorités déclinées par votre Conseil depuis son élection?

NN: Je voudrais vous dire merci pour la tribune que vous nous offrez 100 jours après notre prise de fonction. Nous avons cherché à identifier les réels difficultés en termes de projets réalisés où encore de réalisation, laissés par nos prédécesseurs, que nous saluons au passage. 

En effet, il y avait quelques éléments à organiser au niveau du cadre organique des emplois. Ce à quoi nous nous sommes attelés. Ensuite, l’accent sera mis sur l’éducation de base, entres autres, la construction d’écoles primaires qui constituent le point d’ancrage de tout épanouissement.

Pour le rayonnement de la région et le bien être des populations, qu’est-ce qui est prévu concrètement durant ce quinquennat ?

NN:  Nous heritons d’une région où beaucoup restent à faire, notamment en termes d’infrastructures routières. Durant ce mandat, l’accent sera mis également sur la réalisation d’infrastructures sanitaires. Il faut réduire le temps de marche des populations avec en toile de fond, l’équipement de ces centres de santé ruraux.

Aujourd’hui, il faut le dire avec exactitude, notre région n’a pas un tableau de bord reluisant en dehors du secteur de l’éducation qui sort du cercle, même si des améliorations restent à faire. Mais, la priorité des priorités reste la route.

Depuis de longues années, nous avons hérité de routes et pistes nerveuses. Il faut que ça change et nous allons nous y atteler.

Pour les jeunes et les femmes, qu’est-ce qui est programmé?

La formation sera la pierre angulaire de notre action. Pour réussir ce pari, nous avons avec des fonds relativement modestes, lancé un vaste programme de financement de projets à impact immédiat à l’attention des jeunes à travers la plateforme PEJEDEC.

À l’heure où je vous parle, nous sommes débordés et semblons dépasser les prévisions. C’est un sentiment de satisfaction qui nous anime au regard des multiples besoins exprimés par les jeunes.

Quels sont vos vœux pour les Ivoiriens et particulièrement ceux vivant dans le Gbokle ?

NN: Nous formulons nos vœux chers de santé au Président de la République, aux membres du gouvernement et à l’ensemble des Ivoiriens. S’agissant des populations locales, ce sont des voeux de bonheur et de santé. Que 2024 nous ouvre des voies inespérées.

Comment vivez-vous la CAN avec les populations ?

NN: Nous y avons installé un village CAN à la place Mythique baptisée (Amadou Gon Coulibaly) et les amoureux du ballon rond se retrouvent pour partager ces instants magiques.

Votre mot de fin?

Les sessions du Conseil Régional étant publiques, nous invitons les populations à y prendre une part active. Aussi, je voudrais saisir cette lucarne pour appeler tous les cadres à l’union pour le rayonnement de notre région.

Propos recueillis par COULIBALY TIEMOKO à Sassandra

Plus dans Culture et société

#