Suivez sur
#

Environnement

Développement de l’Agriculture: ADJOUMANI échange avec une délégation de la Banque Mondiale sur les projets financés

Le Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture, du Développement Rural et des Productions Vivrières, Monsieur Kobenan Kouassi ADJOUMANI, a reçu, mardi 21 novembre, à son cabinet, au 25ème étage de l’immeuble de la Caistab Abidjan-Plateau, une délégation de la Banque Mondiale conduite par Madame Marie-Chantal Uwanyiligira, Directrice des Operations de la Banque Mondiale en Côte d’Ivoire. 

La rencontre a porté sur les projets financés par la Banque notamment dans le domaine du développement agricole. Le Ministre d’Etat Kobenan Kouassi Adjoumani des l’entame de cette séance de travail, a tenu à remercier l’Institution bancaire mondiale pour son appui au secteur agricole. 

Il a ensuite présenté les différents programmes de développement du secteur agricole. Allant des productions vivrières aux produits d’exportation, à la politique de transformation locale telle que voulue par le Président de la République SEM Alassane OUATTARA. 

Parlant des productions vivrières, le Ministre d’Etat a présenté ce secteur comme une priorité pour le Gouvernement, au regard de l’actualité notamment les différentes crises sous régionales et mondiales. 

Les projets menés par son département ministériel pour l’atteinte de la  souveraineté alimentaire de la Côte d’Ivoire, en vue de faire face à cette situation, ont été présentés à cette rencontre. 

« Je suis un Ministre d’Etat comblé car nous venons d’avoir une importante séance de travail avec les responsables de la Banque Mondiale et nous avons été impressionnés par la qualité des discussions qui sont en rapport avec les différents projets financés en Côte d’Ivoire par cette institution », s’est réjoui le Ministre d’Etat qui a, par ailleurs, énuméré des projets dont son département est bénéficiaire. 

« Les zones dédiées à la transformation de la noix de cajou qui avancent bien. Les chaînes de valeur du vivrie (…) Le président de la République, SEM Alassane Ouattara, accorde une importance capitale au secteur au point ou dans la dénomination du Ministère on parle des productions vivrières », a-t-il ajouté. 

La banque mondiale, a soutenu le Ministre d’Etat Adjoumani, s’engage à nous appuyer dans ce domaine. « Nous avons parlé des agroforesteries en particulier dans le secteur du cacao. La banque mondiale a dit en la matière, la Côte d’Ivoire est très en avance. Nous sommes parmi les 5 premiers au plan mondial. La Banque mondiale nous a exhortés à continuer dans ce sens. Elle nous a instruits de nous accorder pour aller de l’avant », a-t-il indiqué.

Et le Ministre d’État de conclure: « Je voulais remercier la Banque mondiale pour les différents appuis multiformes au niveau du secteur agricole ». Pour sa part, Mme Marie-Chantal Uwanyiligira, Directeur des opérations de la Banque Mondiale, a fait le point de la séance de travail avec le Ministère d’Etat, Ministère de l’Agriculture, du Développement Rural et des Productions Vivrières. 

« Le Ministre d’Etat nous a fait savoir combien, c’est urgent d’agir vite pour accélérer la mise en œuvre des projets. Nous sommes d’accord avec lui. Nous avons le programme sur l’anacarde qui marche très bien. Nous nous sommes accordés d’accélérer la mise en œuvre du programme actuel notamment tous les aspects de la gestion des zones agro-industrielles pour aller à la phase 2.

C’est extrêmement important car la Côte d’Ivoire est le premier producteur de la noix de cajou. Concernant la production vivrière, le Ministre d’Etat nous a réitéré le désir du Président de la République d’accélérer ce programme. Nous sommes d’accord car nous sommes convaincus qu’il faut aller plus vite pour servir les gens.

Notamment dans la période de sécurité alimentaire qui est une problématique pour la Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire a beaucoup d’atout et avec ce programme, elle peut nourrir ses populations et même le reste de la sous-région. Et le troisième programme est celui de l’agriculture qui est très vulnérable au changement climatique.

Au moment où le Ministre d’Etat viendra avec une délégation à la Cop 28, l’opportunité a donné de discuter du rapport sur le changement climatique et sur le climat du développement pour la Côte d’Ivoire qui a été discuté aujourd’hui au Conseil du gouvernement et qui sera discuté jeudi en Conseil des ministres.

C’est un pas extrêmement important car la Côte d’Ivoire peut maintenant se munir d’un document chiffré pour être en avance au changement climatique. Nous avons remercié le Ministre d’État pour son leadership et réaffirmé l’engagement de la Banque mondiale de continuer à appuyer le gouvernement et notamment, le secteur de l’agriculture dans nos programmes actuels et futurs ».

Quand au Directeur du département du développement durable pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, il a fait savoir que l’Inde représente 40% des importations de riz.

« On voit avec la crise l’impact que cette situation cause sur de nombreux pays », dira-t-il avant de souhaiter une volonté politique pour accroître la production de riz. Il a ensuite plaidé pour une décision du gouvernement au niveau des parcs agroindustriels, finaliser la question du foncier, accelerer  la construction du marché des gros.

La question du projet de la sécurité sanitaire des aliments qui est la coupole du Laboratoire National d’Appui au Développement Agricole (LANADA), a été évoquée au cours de cette séance de travail.

Avec Sercom Ministère

Plus dans Environnement

#