Suivez sur
#
Démolition d'une école à GESCO - La FESCI dénonce et met en garde : "Si d'ici mardi, rien n'est fait..."

Culture et société

Démolition d’une école à GESCO – La FESCI dénonce et met en garde : « Si d’ici mardi, rien n’est fait… »

Le Secrétaire Général National de la FESCI, Kambou Sié, a animé une conférence de presse le dimanche 25 février au siège de la structure au Campus de Cocody. Le premier responsable de la faîtière des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire a, au cours de cette conférence de presse, exprimé son mécontentement face à la démolition de l’école CHA Hélène à Yopougon Gesco, par le district d’Abidjan.

 » L’école a été démolie avec les effets des élèves. Pour nous, il serait nécessaire de trouver une solution pour les élèves avant de casser l’école. Nous sommes en pleine année scolaire. Très bientôt, on aura les examens à grand tirage et les enfants de cette école doivent participer », a déclaré le National Kambou Sié.

Poursuivant, il a fait savoir que son organisation, garante des intérêts des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire, a mené des démarches auprès des autorités pour savoir les dispositions prises pour la reprise des cours des élèves victimes de cette démolition.

« Si d’ici mardi, rien n’est fait, nous demandons à tous les élèves et étudiants d’Abidjan d’être solidaires des victimes de Cha Hélène, à travers un sit-in au District d’Abidjan au Plateau », a prévenu Sié Kambou.

Kambou Sié a souligné l’importance capitale de l’accès à l’éducation pour le développement et la prospérité de la nation, insistant sur le fait que la destruction d’une infrastructure éducative ne fait que compromettre cet accès pour les générations futures.

« Quand on empêche un enfant d’aller à l’école, il y a des conséquences. L’enfant qu’on empêche d’aller à l’école, est peut-être celui à qui Dieu a donné l’onction de booster le développement de notre pays un jour. Donc permettons à tous les enfants d’aller à l’école », a-t-il interpellé. 

La FESCI se dit prête à « aller » dans la boue, à utiliser tous les moyens à sa disposition pour que les élèves victimes de Cha Hélène, puissent reprendre les cours dans un bref délai et participer aux examens scolaires qui sont pour bientôt. 

La première étape de ces actions pacifiques à mener, est le sit-in prévu le mardi 27 février 2024 dans les locaux du district d’Abidjan.

Lemeridien

Plus dans Culture et société

#