Suivez sur
#
Côte d’Ivoire: Un imposteur se fait passer pour le ministre Souleymane Diarrassouba

Droits de l’Homme 

Côte d’Ivoire: Un imposteur se fait passer pour le ministre Souleymane Diarrassouba

Le Ministère du Commerce et de l’Industrie a révélé le jeudi 23 mai 2024, sur son compte Facebook, un acte de tromperie sur les réseaux sociaux. Un homme a usurpé l’identité du ministre Souleymane Diarrassouba en créant un faux compte sur LinkedIn.

Un imposteur se fait passer pour le ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME sur le réseau social professionnel en ligne, LinkedIn. « Ce profil usurpe l’identité du Ministre Dr. Souleymane Diarrassouba qui n’a à ce jour aucun compte LinkedIn », a regretté le Ministère sur sa page officielle Facebook, partageant une capture d’écran du compte frauduleux.

Cet imposteur se faisant passer pour le ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME, compte désormais plus de 1170 abonnés et plus de 500 relations sur la plateforme professionnelle. Sur la capture d’écran, l’on remarque qu’il publie régulièrement des actualités concernant les membres du gouvernement. Ces publications frauduleuses sont souvent partagées par des acteurs économiques et des entrepreneurs, amplifiant ainsi la portée de cette usurpation d’identité. 

« Nous travaillons à débusquer l’individu responsable de cet acte répréhensible avec la PLCC (plateforme de lutte contre la cybercriminalité) », a affirmé le Ministère. En Côte d’Ivoire, l’usurpation d’identité ou l’usage irrégulier de titre ou de fonctions est une infraction grave qui nuit à l’image des victimes. Elle est réprimée par la loi n° 2019-574 modifiée par la loi n°2021-893 du 21 décembre 2021 portant Code pénal.

Selon cette législation, toute personne qui fait usage frauduleux d’un titre attaché à une profession légalement réglementée ou d’une qualité dont les conditions d’attribution sont fixées par l’autorité publique, est passible de sanctions allant jusqu’à deux ans d’emprisonnement et une amende pouvant atteindre 1.500.000 francs. Face à cette situation, le Ministère du Commerce et de l’Industrie invite la population à rester vigilante et à le signaler au maximum.

Charles Béni

Plus dans Droits de l’Homme 

#