Suivez sur
#
Côte d’Ivoire : Le projet d'aménagement de la forêt classée de Monogaga lancé

Environnement

Côte d’Ivoire : Le projet d’aménagement de la forêt classée de Monogaga lancé

Le ministre des Eaux et Forêts, Laurent Tchagba a procédé, le samedi 10 février 2024, à San-Pedro dans le Sud-Ouest de la Côte d’Ivoire, au lancement officielle des activités du projet d’aménagement de la forêt classée de Monogaga.

Estimé à plus de 20 milliards FCFA, ce projet sera réalisé par le groupe Roots Wild Foundation, qui aura à charge de conduire des enquêtes préalables qui permettront d’avoir une cartographie actualisée de l’état de la forêt classée de Monogaga en vue de l’élaboration d’un plan d’aménagement participatif prenant en compte les besoins des populations.

Heureux de l’initiative, Laurent Tchagba s’est félicité du partenariat avec Roots Wild Foundation puis il a exhorté les populations à le soutenir dans la mise en œuvre du projet. L’aménagement, selon le ministère, aidera à reconstituer cette forêt classée d’une superficie de 40.000 hectares par l’agroforesterie, à conserver les reliques de forêts et de la faune, et permettra surtout d’aménager tout le littoral pour en faire une destination touristique de renommée internationale.

La création d’emplois dans le domaine de l’écotourisme, le bitumage de la voie d’accès au village de Monogaga, la réalisation d’infrastructures socioéconomiques, l’électrification des villages, l’adduction en eau potable des centres de santé et des écoles, sont entre autres les retombées du projet.

Le ministre du Tourisme et des Loisirs, Siandou Fofana et Legré Philippe, ministre gouverneur du district du Bas-Sassandra, ont tour à tour salué l’initiative, avant d’encourager les parties prenantes à s’impliquer davantage dans l’atteinte des objectifs.

Notons que, la forêt classée de Monogaga a été instituée en 1973. À l’instar de toutes les forêts classées de Côte d’Ivoire, elle a été dégradée au fil des années par les activités anthropiques. Sa réhabilitation, toujours selon le ministère des Eaux et Forêts, est nécessaire car le Gouvernement ivoirien à travers sa politique de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts, vise à porter la couverture forestière à 20% du territoire soit à 6,5 millions d’hectares de forêts d’ici à l’horizon 2030.

Tizié TO Bi

Correspondant régional

Plus dans Environnement

#