Suivez sur
#
Côte d'Ivoire: Duel annoncé entre Charles Blé Goudé et Laurent Gbagbo, Ouattara aux aguets

Economie et Politique

Côte d’Ivoire: Duel imminent entre Charles Blé Goudé et Laurent Gbagbo, Ouattara aux aguets

En soixante-douze heures, la Côte d’Ivoire a enregistré deux candidatures pour la présidentielle du 25 octobre 2025. Et il faudra « demander les dents de la panthère à celui qui a mangé la tête. » Dimanche 12 mai 2024, à Yamoussoukro, Charles Blé Goudé, président du COJEP, est devenu le candidat de son parti. Le vendredi 10 mai, à Abidjan, c’est Laurent Gbagbo qui se mettait en lice avec son investiture pour le compte de son parti, le PPA-CI.

C’est un coup de tonnerre dans le microcosme de la gauche ivoirienne, en totale désunion. C’est le duel que tous croyaient improbable, de deux alliés de l’ex-majorité présidentielle et pensionnaires de la prison de Schevenigen, à La Haye. Ils vont croiser le fer. A la surprise générale. En effet, il s’agit de la concrétisation d’un divorce politique que certains ne voulaient pas ouvertement assumé. 

Charles Blé Goudé, président de l’ex-Galaxie patriotique, a été le fer de lance de la mobilisation populaire pour défendre le pouvoir de Laurent Gbagbo de septembre 2002 à avril 2011. Au point qu’il a été arrêté et déféré à la CPI, pour rejoindre son référent. Et pour cette raison, il jurait qu’il ne s’opposerait jamais à Laurent Gbagbo dans une compétition électorale. 

« S’il dit qu’il est candidat en 2025, ce que je vais lui demander: quelle est ma place dans le comité de campagne!? » prêtait-il serment dans un entretien au quotidien « Notre Voie » du 4 juillet 2022. Et voilà que ce qui n’était pas possible, comme le répétait Blé Goudé, a pris forme dans un contexte politique confus. S’ils ont été acquittés devant la CPI, ils n’ont pas échappé au glaive de la justice ivoirienne. 

Comme Laurent Gbagbo, le 18 janvier 2018, dans l’affaire du « braquage de l’agence nationale de la BCEAO », Blé Goudé a été, lui aussi et par contumace, condamné, le 30 décembre 2019, à 20 ans de prison et 10 ans de privation de ses droits civiques pour « actes de torture, homicides volontaires et viol ». Ces deux candidats sont, de ce fait, logés à la même enseigne. Grâciés et non amnistiés, ils sont rayés de la liste électorale. 

Et si Laurent Gbagbo a fait de sa réintégration une question d’honneur, Blé Goudé ne faisait aucune vague, s’étant plutôt accommodé de cette décision. Tout indique qu’il reculait pour mieux sauter sur le terrain politique. « 2025 ne se fera pas sans moi, » s’est-il finalement déterminé. Et il a franchi le rubicond. 

Car, « pour réclamer l’aile du poulet, il faut être là où on le partage. » Et pour ce rendez-vous, Blé Goudé s’engage à griller deux feux rouges: son « père » qu’il va affronter pour un parricide et la loi qui le rend inéligible. Comme s’il plaçait les meubles avant de construire la maison. Alea jacta est.

Par F. M. Bally

Plus dans Economie et Politique

#