Suivez sur
#
Comment Bouaké a contribué au succès de la CAN 2023: L'hommage d'Amadou Koné à Ouattara, aux Éléphants et à la population

Culture et société

Comment Bouaké a contribué au succès de la CAN 2023: L’hommage d’Amadou Koné à Ouattara, aux Éléphants et à la population

2 buts à un pour la Côte d’Ivoire face au Nigeria le dimanche 11 février 2024, au stade  Olympique Alassane OUATTARA d’Ebimpé lors de la finale de la 34e édition de la Coupe d’Afrique des Nations qui s’est déroulée du 13 janvier au 11 février 2024 en Côte d’Ivoire. Donnant ainsi à la Côte d’Ivoire sa troisième étoile. Mais si l’équipe nationale de football a prouvé qu’elle a encore du potentiel, il faut compter avec le soutien de tout un peuple qui aura poussé son équipe jusqu’au bout. 

La ville de Bouaké a de loin été celle qui a tout donné. De quoi à rendre heureux et fier son premier Magistrat, le maire Amadou Koné qui rend hommage au président de la République Alassane Ouattara, félicite les Éléphants et salue la vaillante population de Bouaké pour sa belle mobilisation.

« C’est un sentiment de fierté d’appartenir à la nation ivoirienne avec à sa tête, le président Alassane Ouattara, un grand homme.  Visionnaire et bâtisseur. Il a cru en cette coupe et elle est là. Merci aux Éléphants qui nous ont procuré un vrai bonheur et surtout aux populations ivoiriennes et particulièrement Bouaké qui a été jusqu’au bout de cette victoire avec cette mobilisation exceptionnelle» a dit le ministre Amadou Koné, maire de Bouaké après la victoire des Éléphants dimanche 11 février 2024.

CAN 2023, la meilleure de toute l’histoire de la CAF 

« J’étais à Paris hier ( jeudi 8 février, ndlr) pour le congrès de l’UEFA et c’était réjouissant d’entendre tous les dirigeants européens insister que la qualité du tournoi à Abidjan…Cette CAN est la meilleure de toute l’histoire de la CAF. 80 pays qui suivent la CAN. Plus d’un milliard de personnes l’ont suivi. Nous devons être fiers d’avoir organisé une compétition de cette qualité…Le peuple ivoirien est exceptionnel. Un peuple passionné. J’ai parcouru le pays et j’ai pu voir des milliers de personnes, des personnes ordinaires qui dansaient, pour la performance de leur nation. Je voudrais remercier le président Ouattara pour la qualité des infrastructures de classe mondiale » a révélé M. Patrice  Motsépé, Président de la CAF lors de sa Conférence de presse le vendredi 9 février 2024 à Abidjan.

Comment Bouaké, l’une des cinq villes qui a accueilli cette 34e édition de la CAN2023 y a contribué 

Comme promis par le maire Amadou Koné, Bouaké a continué de vivre sa CAN jusqu’au bout. Malgré les nombreuses installations dédiées à la coupe d’Afrique des nations à travers la ville de Bouaké, le stade de la paix n’a guère désempli.  

Ils étaient successivement 27898 le 15 janvier, 32622 le 16 janvier, 36318 pour la double  confrontation du 20 janvier, 32408 pour la seconde Double confrontation du 23 janvier, 28000 le 27 janvier, 39836 le 3 février et 31.227 le mercredi 7 février, dernier jour des matchs du stade de la paix de Bouaké  pour l’une des ½ finale.  

Le tout, sans compter les bénévoles, les forces de sécurité, les invités de la CAF ( VIP et VVIP) dont les tickets ne sont pas comptabilisés. Une mobilisation qui a pour père le maire Amadou Koné qui n’a lésiné sur les moyens pour offrir à sa population ces moments de plaisir.

Amadou Koné en phase avec le chef de l’État Alassane Ouattara 

La coupe d’Afrique des nations qui vient de se dérouler sur le sol ivoirien revêt au-delà de son caractère festif, d’une importance capitale pour l’émergence de notre pays. Le président de la République, en parlant de l’émergence de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2020 n’a pas eu tort. L’horizon 2020, étant courant 2029, notre pays est bien sur cette trajectoire.

Et les ingrédients pour y arriver sont là.  Visibles. Palpables. Il faut être aveugle pour ne pas s’en apercevoir ou être de mauvaise foi. Avec l’organisation de cette CAN de l’hospitalité, ce fut également une CAN de tous les enjeux comme l’ont dit  tous les observateurs.

D’abord un enjeu politique en ce sens que c’est le premier ministre en personne qui en était le maître d’ouvrage parce que le  chef de l’état a souhaité que cette CAN soit la plus réussie de l’histoire. Ce fut également un enjeu économique en ce sens que c’est un investissement de près de 1000 milliards FCFA. 

Ce sont 4 stades flambant neufs, des stades d’entraînements, des cités Can, des routes, des autoroutes, des ponts, des échangeurs ect.Un enjeu touristique avec le projet Sublime Côte d’Ivoire. Le chef de l’État l’a dit, il faut que la Côte d’Ivoire soit parmi les cinq ( 5) pays les plus visités au monde.

Avec cette CAN, ce sont des hôtels, les restaurants, des sites touristiques, des petits commerces sinon l’économie locale qui se développent.C’est aussi le renforcement du dispositif Sécuritaire gage d’une paix durable.

Enfin, c’est indiscutablement la CAN qui repositionne la Côte d’Ivoire comme puissance économique dans la sous-région.Cette onction nationale, la ville de Bouaké en a fait sienne. Le maire de Bouaké, le Ministre Amadou Koné l’a très tôt compris avec ses actions sur le terrain qui traduisent bien cette volonté de faire de la Côte d’Ivoire une vitrine africaine et une puissance économique sous régionale. 

Il suffit de faire un tour à Bouaké aujourd’hui pour s’en rendre compte. Tous ceux qui ont fait le déplacement de Bouaké dans le cadre de cette CAN sont unanimes ; Bouaké a considérablement changé. 

Et comme l’équipe nationale ivoirienne qui ressuscitée fut  insaisissable, Bouaké après la crise postélectorale a définitivement pansé ses plaies pour devenir un Bouaké nouveau, attrayant et accueillant. Le tout grâce à un homme : le maire Amadou Koné. 

Lemeridien avec Sercom

Plus dans Culture et société

#