Suivez sur
#
Céleste, le fournisseur officiel de l'eau de la CAN 2023, doit 28 mois de salaires impayés: Plus de 500 travailleurs jetés à la rue, réclament leurs dûs

Entreprises

Céleste, le fournisseur officiel de l’eau de la CAN 2023, doit 28 mois de salaires impayés: Plus de 500 travailleurs jetés à la rue, réclament leurs dûs

Après trois années sans issue favorable, 509 ex travailleurs des sociétés Global Manutention CI et SDTM du groupe Carré d’Or, leader de la grande distribution en Côte d’Ivoire, avec son produit phare l’eau Céleste, fournisseur officiel de l’eau de la CAN Côte d’Ivoire 2023, sont déterminés à se faire entendre.

Le partenariat qui lie l’eau Céleste, propriété du Groupe Carré d’Or, à la Confédération africaine de football (CAF), et qui fait de la marque, le principal fournisseur d’eau de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2023 qui se déroule présentement en Côte d’Ivoire, est considéré par 509 (ex) travailleurs du groupe dirigé par l’homme d’affaires d’origine libanaise, Mohamed Ezzedine, pour réclamer le paiement de leurs droits de licenciement.

Depuis juillet 2021, ces travailleurs des sociétés Global Manutention CI et SDTM du groupe Carré d’Or, font l’objet de licenciements massifs de la part de leur hiérarchie.

Et depuis 28 mois maintenant, ils n’ont pas reçu le moindre kopeck venant de leurs (ex) employeurs dont l’un des directeurs généraux, se montre très hostile à tout paiement et se vante même de tenir, dans sa poche, plusieurs autorités du pays envers qui le groupe ne manque pas de largesses.

Sponsor de la CAN Côte d’Ivoire 2023, et pourtant…

Contrairement à ce que raconte le fournisseur officiel de l’eau de la CAN 2023 sur sa page Facebook, avec Céleste, la CAN ne prend pas une allure captivante. Et les matchs ne se métamorphosent pas en ballets enjoués.

« Nous avons été victimes de licenciements abusifs de la part de notre employeur du fait d’avoir créé deux syndicats au sein des deux sociétés que sont Global manutention Côte d’Ivoire, en abrégé GMCI et la société de distribution de toutes marchandises en Côte d’Ivoire, en abrégé SDTM. Toutes ces sociétés sont regroupés dans un grand groupe appelé groupe Carré d’or », explique N’tamon Monsoh, ex employé de GMCI.

« Nous sommes au nombre de 509 travailleurs dont 36 qui travaillaient à l’eau Céleste, qui avons été licenciés sans motif valable et à l’heure où je vous parle, nous sommes en pourparlers à la DIT (Direction l’inspection du Travail) de Treichville sur instructions de la Primature pour faciliter le paiement des droits des travailleurs après 28 mois, mais les responsables de ces sociétés nous tournent en rond, en refusant de payer. Nous implorons le chef de l’Etat, SEM Alassane Ouattara afin qu’il se saisisse du dossier et fasse injonction aux sociétés Global Manutention CI et SDTM, de nous payer nos droits », lâche-t-il, las des longues années d’attente.

Le Premier ministre Beugré Mambé saisi mais le dossier piétine

Dans un courrier consulté par Lemeridien, et adressé début novembre 2023, au Premier ministre Robert Beugré Mambé, les responsables syndicaux des 509 ex travailleurs du groupe Carré d’Or, constatent, la mort dans l’âme, la déscolarisation de leurs enfants, contraints de rester à la maison faute de moyens.

« (…) Nos enfants n’ont pas pu être scolarisés durant les années scolaires 2021-2022 et 2022-2023 et même cette année 2023-2024. Sans oublier les propos tenus par notre Directeur général, Monsieur Hassan Reda en présence des membres du bureau de notre syndicat, le SYNAT-GNCI, disant que ses sociétés n’ont jamais payé aucun droit à un Noir ivoirien licencié depuis la création de toutes ces sociétés jusqu’à ce jour.

Et qu’ils préfèrent, eux les responsables de ces sociétés, donner les droits des travailleurs aux différentes autorités qui voudraient intervenir dans le dossier ou les influencer. Et c’est ce que nous les travailleurs, subissons depuis le début de cette situation sans qu’on n’obtienne aucun centime de nos droits », chargent les syndicalistes.

Le vu et ignoré du DG Hassan REDA

Contactés à plusieurs reprises par téléphone, ni le PDG du groupe Carré d’Or, Mohamed Ezzédine, ni Hassan Reda, DG de Global Manutention, n’ont répondu à nos différents messages. 

À lire dans notre prochaine publication, l’article sur la situation d’un accidenté de travail, invalide à vie, licencié par le groupe Carré d’or, avec seulement 600 mille FCFA prévus comme droits et dommage. 

 Par Lemeridien.ci

Plus dans Entreprises

#