Suivez sur
#
Bingerville - Tentative d’expropriation des terres à Eloka-To: Le Chef Mobio Adja Jean-Philippe déjoue un piège, seulement 4 opérateurs en règle sur 129

Culture et société

Bingerville – Tentative d’expropriation des terres à Eloka-To: Le Chef Mobio Adja Jean-Philippe déjoue un piège, seulement 4 opérateurs en règle sur 129

Le Code de l’urbanisme et du domaine foncier urbain en Côte d’Ivoire porté par le ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, Bruno Nabagné Koné, devrait en principe contribuer à un développement urbain plus équilibré et sécurisé, au bénéfice des populations et des investisseurs. C’est le cas d’Eloka-To, zone prisée, envahie par des investisseurs privés, ce beau village émergent dans la sous-préfecture de Bingerville, est au centre de gros appétits de 129 opérateurs immobiliers. 

Le capitaine de police à la retraite Mobio Adja Jean-Phillipe, chef du village d’Eloka-To, dans la Sous-préfecture de Bingerville, a expliqué sans faux fuyant la part de responsabilité de certains opérateurs immobiliers dans le désordre perpétré dans ce secteur stratégique qu’est le foncier en Côte d’Ivoire. 

«Nous avons des difficultés sur nos terres. Par exemple, quand vous sortez à droite, il y a un opérateur qui a eu un ACD que le village a validé. Mais derrière, il y a d’autres opérateurs qui viennent avec des documents. Je ne peux pas signer d’attestations pour un opérateur sur un site qui a un ACD…Nous avons nos priorités aujourd’hui», dira-t-il d’entrée de jeu dans un entretien qu’il a bien voulu nous accorder sur la question il y a quelques jours.

C’était en présence de ses conseillers venus le soutenir. Selon le chef Mobio, son village est pris d’assaut par les opérateurs immobiliers qui viennent de partout. 

« Il y a plein de titres fonciers qui sont faits. Vous savez, la terre est tellement convoitée, malheureusement ce n’est pas un arbre, donc on ne peut pas l’enlever. Chaque jour, nous avons des problèmes», a-t-il dénoncé.

COMMENT CHEF MOBIO A DÉJOUÉ LE PIEGE DE WENINCI GROUPE

Mobio Adja Jean-Phillipe, chef du village d’Eloka-To, a en outre raconté comment il a déjoué un coup venu de Weninci groupe qui a tenté de tromper la vigilance de la chefferie. 

«Dès que le chef Mobio a pris fonction, il a commis le président du foncier de faire un recensement de tous les opérateurs qui ont travaillé sur l’aire géographique d’Eloka-To. Nous avons dénombré 129 opérateurs. Nous leur avons demandé d’envoyer leurs dossiers qui sont dans les cartons que vous voyez derrière vous. 

Après cela, nous avons fait un atelier à l’INJS où nous nous sommes retirés pour étudier les dossiers. Quand les dossiers ont été épluchés, nous avons trouvé qu’il n’y a que 4 opérateurs qui remplissaient un peu les conditions. Il y a un opérateur que nous avons fait sortir. Il s’agit de Weninci Group qui nous a fait savoir qu’il avait un projet sur la parcelle pour le compte de la mutuelle de Petroci.  

Nous lui avons dit qu’il y avait un ACD sur ce même site. La mutuelle de Petroci y est pour quelque chose. Parce que les agents de cette mutuelle sont venus nous rencontrer nuitamment. Nous leur avons dit qu’ils étaient dans le faux. Nous leur avons dit il y avait déjà un ACD sur ce site. Nous leur avons demandé de venir nous voir. S’ils voulaient vraiment des terres, nous allions voir avec les familles qui voulaient faire des cessions. 

Weninci Group a produit trois attestations sur la même parcelle que le défunt chef a signées. Deux attestations qui ont été signées en octobre et en novembre 2019, alors que le chef est décédé en Février 2019. Se croyant rusé, il a mis une prénotation sur le site pour empêcher tous travaux. Nous sommes allés en justice et puis nous avons sorti l’extrait de décès du chef, Weninci a été débouté». Parole du chef Mobio Adja Jean-Philippe.

KRAGBE TIMOTHÉE, UN INVESTISSEUR EXEMPLAIRE 

Selon la chefferie, l’ancien chef du village Dogbo Koutouan aurait signé une attestation pour l’opérateur Kragbé Timothée. En 2014, ce même opérateur immobilier, revenu à la rencontre des familles à Eloka-To, aurait fait un travail remarquable, car en ce moment-là, personne ne s’intéressait à Eloka-To puisqu’il n’y avait pas de bitumes. 

Kragbé se serait entretenu avec des familles propriétaires de parcelles. Il les aurait recensés et écrit au chef Dogbo Koutouan pour l’informer de son intention de faire un ACD sur toute la parcelle et qu’il allait travailler dessus. 

«Et l’opérateur Kragbé en 2014-2015, a été fait fils du village en présence de tous les villageois. En 2015, quand il a eu son attestation, il a commencé à travailler jusqu’à obtenir son ACD qui a été signé. Mais figurez-vous que nous avons pris le pouvoir le 9 décembre 2020. Le chef a eu son arrêté le 22 février 2021. 

On nous a ensuite dit qu’une attestation avait été signée pour un opérateur à l’effet d’obtenir un ACD au nom de la communauté villageoise d’Eloka-To. Nos juristes en étaient heureux. Nous avons reçu les impositions des impôts. C’est la preuve que son ACD ne souffre d’aucune ambiguïté », a expliqué chef Mobio.

LES PRIORITÉS DE LA CHEFFERIE POUR ELOKA-TO

La chefferie étant une continuité, le chef Mobio et ses notables ont préféré travailler en fonction de ce qui a été fait par leurs  prédécesseurs. Il s’est pour l’instant, abstenu de signer des attestations en attendant de prendre le pouls réel de la situation. 

Sa priorité aujourd’hui, c’est de faire d’Eloka-To un village émergent où il fait bon vivre. «Eloka-To est confronté au problème de voiries, de canalisation d’eau de ruissellement. Car lorsqu’il pleut, on ne peut pas rentrer dans le village à cause de l’eau. Il y a aussi l’achèvement du lycée moderne afin de rapprocher nos élèves de leurs lieux d’habitation. 

Nos enfants quittent tous les matins Eloka-To pour aller à Bingerville. Il nous apparaît nécessaire d’achever le lycée. Voilà nos priorités. Si nous-mêmes nous ne pouvons pas en bénéficier, nos enfants viendront terminer ce travail », espère notre interlocuteur qui ne désespère pas. 

«Nous faisons confiance à nos autorités. Qu’elles prennent à bras le corps nos problèmes de terre », a plaidé chef Mobio. 

Junior Ouattara

Plus dans Culture et société

#