Suivez sur
#

Femmes et Jeunesse

Agboville: 100 jeunes filles aptes à une formation en alphabétisation

En vue de contribuer à la réalisation de la politique gouvernementale Education pour tous (EPT), à travers les programmes éducatifs relatifs à l’alphabétisation fonctionnelle et l’éducation complète à la santé, 100 jeunes filles d’Agboville bénéficieront d’une formation de six mois en alphabétisation fonctionnelle au centre Kimou Faustin.

L’information a été rendue publique, le vendredi 21 juillet 2023, à la bibliothèque municipale Georges Niangoran Bouah d’Agboville, lors du lancement du projet « Promotion de l’agenda éducation 2030 dans le cadre des enseignements formels et non formels ».

Une initiative soutenue par l’UNESCO dont la principale mission est de prôner l’inclusion des principes et des valeurs des droits de l’homme au sein du système éducatif tout en encourageant les Etats membres à élaborer et mettre en oeuvre des politiques, des stratégies et des programmes en faveur de l’éducation aux droits de l’homme.

« Nous sommes ici dans le cadre de l’objectif de développement durable(ODD 4). Et, pour l’atteinte de cet objectif, l’alphabétisation occupe une place très importante (…) Malgré des efforts accomplis, plusieurs adultes encore ne savent ni lire ni écrire. Et en Côte d’Ivoire, le taux d’analphabétisme avoisine les 48%. Ce qui représente un grand défi pour nous. (…) C’est pour cela que ce projet a vu le jour avec le centre Kimou Faustin à l’endroit de ses auditeurs. L’UNESCO est présent pour les accompagner car la commission nationale est chargée de faire le suivi de l’exécution », a souligné le professeur. N’Golo Aboudou Soro, secrétaire général de la Commission nationale ivoirienne pour l’UNESCO.

L’alphabétisation, selon l’enseignant-chercheur au département de Lettres modernes à l’université Alassane Ouattara de Bouaké, demeure un moteur de développement durable, qui favorise une plus grande participation au marché au travail, en améliorant la santé, en réduisant la pauvreté et en élargissant les possibilités offertes dans la vie.

« Durant le temps de formation, il s’agira de faire acquérir des notions d’écriture et de calcul à des dames et en même temps de les accompagner avec un projet d’autonomisation », a fait savoir prof. N’Golo Soro. Prenant la parole, le secrétaire général 1 de la préfecture d’Agboville, Antoine Gbey a traduit toute sa reconnaissance à l’endroit l’UNESCO pour le financement d’un tel projet.

« Un projet, qui au- delà des objectifs qui lui ont été assignés, s’inscrit dans l’action gouvernementale actuelle de l’emploi des jeunes et des femmes. Mesdames et messieurs, ce projet qui est lancé chez nous, renforcera en effet les aptitudes des bénéficiaires et offrira in fine, une seconde chance d’insertion aux jeunes filles, auditrices.

C’est un projet qui couvre l’alphabétisation au sein de la population d’Agboville, surtout dans sa composante féminine et qui implique l’engagement de tous. C’est pourquoi, je demande aux auditrices des centres, aux femmes et aux enseignants afin qu’il se donnent à fond dans ce projet qui s’il est bien exécuté favorisera l’installation d’autres projets dans la région », a exhorté le représentant du préfet de région, Sihindou Coulibaly.

Le centre Kimou N’Guessan Faustin a accueilli ses premières auditrices en 1995. C’est plus de 600 filles qui sont sorties de ce centre avec une formation en alphabétisation, couture, pâtisserie, broderie, art floral et en puériculture. Ont pris part à la cérémonie, le directeur régional de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Effoly Florent et des représentants du Conseil régional de l’Agnéby-Tiassa et de la mairie d’Agboville.

Tizié TO Bi 

Correspondant régional

Plus dans Femmes et Jeunesse

#