Suivez sur
#
16e forum mondial pour l'alimentation et l'Agriculture(GFFA): Le Ministre d'Etat Adjoumani explique la politique agricole de la Côte d'Ivoire

Culture et société

16e forum mondial pour l’alimentation et l’Agriculture(GFFA): Le Ministre d’Etat Adjoumani explique la politique agricole de la Côte d’Ivoire

Le Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture, du Développement Rural et des Productions Vivrières, Kobenan Kouassi Adjoumani, au nom de la Côte d’Ivoire, a pris part du 18  au  20 janvier 2024, à Berlin en Allemagne, au 16e forum mondial pour l’alimentation et l’Agriculture(GFFA). 

« Système alimentaire de demain: œuvrer ensemble pour un monde sans faim ». C’est autour de ce thème que plus de 70 États et organisations internationales en charge de l’Alimentation, ont été conviés par le Ministère  Fédéral  de l’Alimentation et de l’Agriculture  Allemand. 

Selon un Diplomate Ivoirien a Berlin, l’Allemagne à travers ce forum, veut intensifier et accélérer le dialogue international sur la politique agricole par le biais de ce Forum. Pour y parvenir, quatre sous-thèmes ont fait l’objet d’échanges. À savoir; Renforcer la protection durable et la souveraineté alimentaire;

-Promouvoir des chaînes d’approvisionnement résilientes et durables; Réduire les pertes et les gaspillages alimentaires; Renforcer les groupes vulnérables.

Prenant la parole le 20 janvier à la tribune du 16eme forum, le Ministre d’Etat Kobenan Kouassi ADJOUMANI a rappelé ce que la Côte d’Ivoire a fait à travers le Ministère d’Etat  Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural et des Productions Vivrières pour bouter la faim hors de son territoire. Ci dessous l’intervention du représentant du gouvernement ivoirien. 

 (…) Mesdames et Messieurs les Ministres en charge de l’Agriculture ; Chers Partenaires Techniques et Financiers ; Je suis heureux et honoré de prendre la parole au nom de mon pays, la Côte d’Ivoire, à l’occasion de cette 16ème édition du Forum Mondial pour l’Alimentation et l’Agriculture.

Je voudrais, tout d’abord, transmettre les chaleureuses salutations du Président de la République de Côte d’Ivoire, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, au Chancelier de la République Fédérale d’Allemagne, Son Excellence Olaf SCHOLZ.

J’adresse également mes remerciements au Ministre Fédéral Allemand de l’Alimentation et de l’Agriculture, Monsieur Cem ÖZDEMIR, pour nous avoir conviés à cette rencontre qui constitue une occasion de discuter des défis et des opportunités dans le domaine de l’agriculture.

Le thème de cette année : « Systèmes alimentaires pour notre avenir : œuvrer ensemble pour un monde sans faim ! », indique clairement la nécessité de travailler ensemble pour trouver des solutions innovantes et durables afin de rendre nos systèmes alimentaires adaptés à l’avenir.

Mesdames et Messieurs,

A ce stade de mon propos, je voudrais relever ici, les actions menées par mon pays dans le domaine agricole. La Côte d’Ivoire, à l’instar de nombreux pays, est confrontée à de nombreux défis, tels que le changement climatique, la perte de la biodiversité et la nécessité de nourrir une population en croissance rapide.

Pour vaincre totalement la misère et la faim consécutives à ces nombreux défis, le Gouvernement ivoirien avec à sa tête Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire, a érigé la Sécurité Alimentaire des populations ivoiriennes en priorité absolue.

Pour démontrer son engagement à résorber la faim et la pauvreté, plusieurs initiatives sont mises en œuvre par le Gouvernement. Il s’agit notamment de :

la présentation du « Pacte de livraison des produits alimentaires et agricoles » : Sa mise en œuvre permettra de réduire de façon drastique les importations des produits de première nécessité afin de renforcer la souveraineté alimentaire et améliorer la sécurité alimentaire des populations ; l’examen stratégique national « Faim Zéro »: 

C’est une feuille de route pour l’élimination de la faim et de la malnutrition en Côte d’Ivoire à l’horizon 2030. C’est une approche participative et inclusive de toutes les parties prenantes. Cette initiative vise à renforcer les efforts nationaux à travers les actions gouvernementales sectorielles entreprises ;

et surtout le Programme National d’Investissement Agricole (PNIA 2018-2025) avec pour objectif d’améliorer la sécurité alimentaire dans notre pays et ce, à travers plusieurs projets prenant en compte les thématiques nouvelles telles que le changement climatique, l’équité des genres, l’agriculture durable, la protection de l’environnement. 

D’un montant d’environ 12 000 milliards de Francs CFA, soit environ 18,3 milliards d’euros, ce programme vise à mettre en place des projets structurants que sont les agropoles avec à la clé les appuis pour le développement de : (i) l’agriculture familiale orientée vers des produits à haute valeur nutritionnelle, 

(ii) la petite irrigation pour une utilisation rationnelle de l’eau, 

(iii) l’orientation vers l’utilisation de semences de qualité,

 (iv) la réduction de l’utilisation des engrais chimiques au profit des engrais organiques,

 (v) la petite transformation et la transformation primaire, (vi) l’éducation nutritionnelle, et 

(vii) l’inclusion financière.

Ces efforts ont permis la baisse de la prévalence à la sous-alimentation de 13,6% en 2009-2010 à 4,4% en 2019-2021. 

Honorables Invités,

Ces résultats que nous avons obtenus sont appréciables et méritent d’être améliorés. Dans cette quête d’amélioration de nos actions de réduction de la faim dans nos Etats, nous ne saurions nous passer de vos appuis. C’est pourquoi nous proposons les actions suivantes :

les services de mise en commun des savoirs pour partager les connaissances et technologies en matière de conservation des produits agricoles par des technologies accessibles à nos populations et de mécanisation adaptées à nos environnements ;

l’appui à la production d’énergie verte et à la mise en place d’infrastructures de transport pour soutenir la transformation agroalimentaire locale ;

la facilitation de l’accès aux marchés en améliorant les termes de l’échange et en aidant à élaborer des normes de qualité des produits agricoles manufacturés ;

l’appui à l’organisation et à la professionnalisation des acteurs de la petite transformation.

Notre ambition est donc de transformer notre système alimentaire en un modèle qui soutient notre économie locale et assure la sécurité alimentaire pour tous nos concitoyens.

Mesdames et Messieurs,

Avant de clore mon propos, je voudrais nous inviter, tous ensemble, à l’action pour tous, car nous faisons tous partie des systèmes alimentaires.

Et je suis convaincu qu’ensemble, nous pouvons construire un système alimentaire qui est, non seulement, bénéfique pour nos économies locales, mais également respectueux de notre environnement et de notre avenir.

Je vous remercie !

Avec Sercom MEMINADER

Plus dans Culture et société

#